Liens commerciaux

0


Le président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, a regagné Kinshasa ce lundi 25 septembre 2017, après avoir pris part aux travaux de la 72e Assemblée générale de l’ONU à New York où, rappelons-le, il s’est entretenu avec Alpha Condé, président en exercice de l’Union Africaine (UA), Charles Michel, le premier ministre belge, Fatou Bensouda, procureur de la CPI, et Zeid Ra’Ad Al Hussein, Haut Commissaire des Nations-Unies pour les droits de l’homme.


S’agissant de deux autres invités de marque, Fatou Bensouda et Zeid Ra’Ad Al Hussein, à en croire des indiscrétions, les échanges ont tourné autour des dossiers des droits de l’homme, massacres dans la région Kasaienne…


24 heures après, il a tenu son discours sur la tribune de l’ONU. Dans son allocution, le chef de l’État Joseph Kabila a déclaré ses intentions d’en finir progressivement avec la Monusco.


« Il est clair que vingt ans après son déploiement, la force onusienne ne peut nourrir d’ambition de rester indéfiniment dans mon pays, ni d’exercer son mandat avec le même format et sans tirer les leçons des faiblesses constatées « , a dit le Raïs Kabila Kabange.


Pour lui, ce qui importe à ses yeux c’est l’efficacité réelle de l’apport des troupes onusiennes sur le terrain. » Voilà pourquoi, depuis plusieurs années, nous exigeons le redimensionnement de la force de la Monusco au regard des missions devenues dynamiques et la réorientation des moyens ainsi dégagés vers la satisfaction de nos besoins de développement « , a-t-il lancé.


L’autre thème abordé, portait essentiellement sur la tenue des élections en RDC.


Sur ce point, Kabila Kabange s’est voulu aussi déterminé que rassurant, affirmant que le cap vers les élections crédibles, transparentes et apaisées est definitivement fixé, et que notre marche dans cette direction est irréversible. Le tout, sans ingérence ni diktat quelconque.


Par la même occasion, l’autorite morale de la MP a profité de l’occasion pour demander aux « vrais amis » de son pays de soutenir « sincèrement » le processus électoral en cours en République démocratique du Congo.


Dans le chapitre sécuritaire, Kabila Kabange s’est félicité de l’amélioration de la situation sécuritaire au Kasaï.


» Depuis une année, mon pays est victime d’attaques terroristes menées par certains groupes armes, notamment dans les provinces du Kasaï, voire dans la capitale, et dont l’objectif est d’anéantir la paix si chèrement acquise, de contrarier la dynamique des solutions consensuelles obtenues au niveau national et de miner nos efforts de développement ».


Il a rappelle que dans le Kasaï, une milice mystico-tribale se servant de la population civile, dont des enfants comme bouclier humain, et s’attaquant aux personnes et aux édifices publics qui symbolisent l’autorité de l’État, a ainsi semé la terreur, procédant notamment à la décapitation des agents de l’ordre , des agents de la Ceni ainsi que des autorités administratives et coutumières.


Signalons que pour boucler son séjour au pays de l’Oncle Sam, le président de la République JosephKabila a reçu en audience, dimanche 24 septembre 2017, Madame Amina Mohammed, SG Adjoint de l’ONU.


Clément Muamba
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top