Liens commerciaux

0




Le Ministre National de l’Energie et Ressources Hydrauliques, Jean-Marie Ingele Ifoto a lancé hier, jeudi 28 septembre 2017, les travaux d’élaboration du Schéma Directeur pour la Gestion Intégrée des Eaux Urbaines de la Ville de Kinshasa (GIEUK) et Etude de faisabilité de la desserte en eau potable de Kinshasa Ouest, dans un atelier organisé par son Ministère dans la Salle de Conférence du Centre ‘’Roméo Golf’’, à Gombe. Dans son mot de circonstance, il a rassuré à tous les participants, groupes d’élaboration et les partenaires nationaux et internationaux, son implication et son soutien personnels pour le déroulement sans faille de ce projet, et son rayonnement escompté en dehors du territoire de la RD. Congo.

Car, pour lui, au regard des attentes de la population congolaise dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, l’Etat congolais place beaucoup d’espoir dans le projet pilote qui démarre pour apporter des réponses globales aux problèmes essentiels auxquels fait face la Ville de Kinshasa, avec possibilité de son extension dans d’autres Villes congolaises. Ainsi, Ingele n’a pas manqué de congratuler les participants et, a affirmé que leur présence à ces assises démontre l’intérêt majeur accordé à la problématique du secteur de l’eau et de l’assainissement en RD. Congo. Dans la foulée, il a saisi l’occasion pour rappeler l’objectif de la rencontre de ce jeudi. Selon Ingele Ifoto, ces travaux s’inscrivent dans le cadre de la recherche concertée des solutions face aux nombreux défis que la RDC doit relever avec l’appui de ses partenaires, sans perdre de vue la stratégie du Gouvernement dans ledit secteur, telle que définie dans le ‘’Document de la Stratégie de Croissance de Réduction de la Pauvreté 2011-2015’’, encore en vigueur en attendant la finalisation du ‘’Plan National Stratégique de Développement de la RDC 2017-2050’’.

Pourquoi la GIEU ?

Selon les orateurs du jour, spécialement François Brikké, Délégué de Global Water Partnership, la sécurité hydrique dans les zones urbaines et périurbaines est une problématique qui affecte beaucoup de villes Africaines. Pour Kinshasa, plusieurs problèmes affectent la gestion des eaux pour plusieurs raisons. D’abord, il y a le manque de vision globale et une fragmentation du cadre institutionnel impliquant une multitude d’acteurs de plusieurs secteurs ; la structure obsolète des réseaux d’AEP couplée des fuites. A cela s’ajoute, le non fonctionnement du vestige de réseau d’égouts datant de l’époque coloniale ; l’urbanisation non contrôlée de la Ville; le déficit de drainage des eaux pluviales qui est à l’origine de l’érosion, du déchaussement des conduits et de la fragilisation non contrôlée de génie civil. En plus, les inondations récurrentes des ouvrages qui engendrent des interruptions de la desserte en eau ; la dégradation de la qualité de l’eau due entre autres au rejet non contrôlé des effluents polluants dans les cours d’eau et aux constructions anarchiques autour des sites de captage. Enfin, l’inadaptation du système d’assainissement actuel par rapport à la gestion des eaux souterraines ainsi que l’insuffisance de capacités techniques et institutionnelles pour assurer un développement durable du secteur.

Résultats attendus

Il sied de souligner que l’atelier de ce jeudi 28 septembre 2017 était d’une importance très capitale. Il a porté sur deux projets dont le premier porte sur le schéma directeur GIEU et le second l’étude de faisabilité de l’AEP pour Kinshasa-Ouest. Chacun d’eux a des résultats à atteindre. Le premier cherche à définir un cadre institutionnel propice à une gestion intégrée de l’AEPA en vue d’assurer une meilleure planification ; à coordonner et impliquer des communautés, harmoniser des interventions selon les politiques nationales et stratégiques ; établir l’état des lieux des eaux urbaines et de l’environnement ; à analyser des scénarios de gestion ainsi qu’à élaborer la GIEU, le plan d’investissement à l’horizon 2035, la notice d’impacts et des mesures et les indicateurs ainsi la stratégie de mise en œuvre. Tandis que l’étude de faisabilité de l’AEP pour Kinshasa-Ouest vise l’analyse du besoin en eau; la modélisation hydraulique du réseau ; l’établissement du schéma des extensions et renforcements des réseaux de distribution d’eau ; la restructuration du plan d’investissement prioritaires ; l’élaboration de la notice d’impacts et de la stratégie de mise en œuvre, et du plan de financement.

Financement et le groupe de travail

Le projet GIEU de Kinshasa est l’un de cinq projets financés par la Banque Africaine de Développement. Il s’agit de Marondera au Zimbabwe, Monzambique, Seychelles et Madagascar. Ce projet aura un coût total de 2.459.000 Euros et une durée prévue de 24 mois. Ce projet vise à accroitre les capacités de planification stratégique, de long terme pour l’AEPA de Kinshasa et pour l’extension des capacités des systèmes de desserte en AEP de Kinshasa-Ouest. Le projet a des composantes suivantes: l’Unité de Gestion du Projet (REGIDESO SA), le Comité Technique de Suivi (CTS), l’Assistant Technique (Global Water partnership), et les consultants dont SGI Studio Galli Ingénierie-Italie en association avec SGI Afrique-Sénégal.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top