Liens commerciaux

0


L’Institut des Auditeurs Internes du Congo, IIA Congo, a organisé, samedi 21 octobre 2017, au Centre Interdiocésain de Kinshasa, une Conférence-débat sur le thème : ‘’Audit interne et manuel de procédures‘’, qui s’est penché, principalement, sur la trilogie Audit interne, Contrôle interne et Manuel de procédures. Animée par M. Emile Kakesse, Vice-président de AFIIA et IIA Congo, cette conférence a connu la participation de plusieurs auditeurs de différentes organisations de la place, qui ont répondu favorablement à cette invitation. Sans ambages, ces derniers ont remercié les organisateurs pour la réussite de cette activité, tout en leur souhaitant une bonne continuité sur ce chemin de la connaissance. A cet effet, M. Emile Kakesse, clair comme l’eau dans un verre, a expliqué en long et en large aux participants, les cinq composantes du contrôle interne et de l’Audit Interne.

De prime abord, l’expert comptable Emile Kakesse Tshike Mwana a défini l’audit interne comme étant une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils pour les améliorer, et contribue à créer de la valeur ajoutée.

Tout en faisant savoir aux participants que l’environnement de contrôle, l’évaluation des risques, les activités de contrôle, l’information et la communication, ainsi que la surveillance des activités sont les cinq composantes du contrôle interne, il a certifié, par ailleurs, qu’elles peuvent être de nature préventive ou détective et peuvent englober toute une gamme d’activités manuelles et automatisées, telles que les autorisations et les approbations, les vérifications, les rapprochements, mais aussi les examens du rendement de l‘organisation.

Il a indiqué, en outre, les contrôles effectués dans une organisation doivent favoriser l’efficacité, réduire le risque de perte d’actifs, garantir la fiabilité des résultats financiers et la conformité avec les lois et règlement applicables. Mais, également, réduire les risques à un niveau acceptable, et surtout à un coût qui ne soit pas prohibitif.

Manuel de procédures

En ce qui concerne le manuel de procédures, M. Emile a certifié qu’une procédure est la manière de découler ou la marche à suivre pour obtenir un résultat. Elle est aussi la manière spécifiée pour accomplir une activité ou un processus, a-t-il ajouté.

Le manuel de procédures est donc un référentiel approuvé par la Direction Générale, qui décrit de manière précise et détaillée les circuits de flux des documents et d’informations, les procédures d’autorisation et d’approbation, les différents niveaux de responsabilité et de délégation, ainsi que les dispositifs de sécurité à respecter.

Poursuivant son intervention, il a fait comprendre aux participants l’importance de ce document dont la nécessité de formaliser les procédures d’une organisation n’est plus à démontrer. Ce manuel permet une meilleure fiabilité du contrôle interne et une transparence dans les opérations d’une organisation. Cela s’adresse à tous les membres de l’organisation et envisage pour chaque cycle d’activité ou niveau de responsabilité, l’ensemble des opérations de l’organisation concernée devant permettre de garantir la sécurité des actifs, respecter les lois et règlements en vigueur, fiabiliser les informations comptables et financières, ainsi que de se conformer aux bonnes pratiques de gestion.

L’orateur du jour a précisé que son objectif principal consiste à expliquer dans un langage directement accessible : qui fait quoi ? Où ? Comment ? Et à quelle fin?

La Direction met en place des contrôles en réponse aux risques, que ces derniers soient perçus comme des occasions, des incertitudes ou des dangers.

Emile Kakesse a précisé que certains contrôles sont formels, c’est-à-dire, écrits sous forme de manuel de procédures, tandis que certains autres sont informels (non écrits).

Contrôle interne

La fonction principale du contrôle interne, a renseigné l’orateur, est de mettre en place des dispositions requises afin de maîtriser les différents risques de l’organisation. D’où, la nécessité de disposer du manuel de procédures. Le système de contrôle interne n’est pas figé, celui-ci évolue en fonction de temps et de circonstances, a-t-il indiqué dans la foulée.

Le manuel de procédures est un outil fondamental du contrôle interne. Sur ce, l’Auditeur interne devra tenir compte des contrôles formels et informels existant dans une organisation, pour une bonne conduite de sa mission et pour l’apport de la valeur ajoutée, a conclu l’expert comptable.

Pour rappel, l’IIA Congo, fondé en 1989, est une association sans but lucratif qui compte actuellement plus de 200 membres, repartis dans les différents secteurs économiques du pays. Ses principales activités consistent à promouvoir et vulgariser la fonction de l’audit interne en RD Congo, de renforcer les capacités et accroître la compétence professionnelle et technique de ses membres au moyen des conférence-débats, séminaires de formation, forums ainsi que les colloques.

Il est également à noter que toute personne physique exerçant le métier d’audit et contrôle interne ou un métier apparenté, ou un étudiant dans la filière interne, peut toutefois adhérer à IIA Congo.

LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top