Liens commerciaux

0

Jacob Zuma arrive à Kinshasa ce dimanche 15 octobre 2017, en sa qualité de président de la Communauté économique des Etats de l’Afrique australe (SADC). Il s’entretiendra avec Joseph Kabila sur les questions de paix et de sécurité dans la région des Grands Lacs, en particulier la situation en RDC. Il sera accompagné de la ministre des Relations internationales et de la Coopération, Maite Nkoana-Mashabane, annonce la présidence sud-africaine. Les derniers propos de Zuma avaient provoqué des vives protestations dans l’opposition congolaise. Zuma avait félicité en juin 2017 son homologue Kabila pour ce qu’il a qualifié de progrès réalisé en RDC. « Nous nous réunissons ici à un moment où votre pays traverse une transition politique à la suite de l’accord politique de décembre 2016. Cet accord trace un processus qui devrait déboucher sur les prochaines élections. Nous vous félicitons, Monsieur le Président, pour les progrès réalisés jusqu’ici et de la façon dont vous avez traité le processus », avait déclaré Zuma, dans le cadre de la 10ème session ordinaire de la Grande Commission mixte Afrique du Sud-RDC qui se tient dans la capitale sud-africaine. Pour Jacob Zuma, la situation en RDC s’est améliorée en dépit de la crise sécuritaire et humanitaire dans les Kasaï. « La RDC est maintenant politiquement stable et la situation sécuritaire s’est améliorée. Là où il y a encore des défis, le gouvernement de la RDC, avec l’aide de la région, du continent et de la communauté internationale, travaille. À cet égard, nous vous encourageons, Monsieur le Président, et votre gouvernement à continuer sur cette voie », avait dit le Président Sud-Africain. Le coordonnateur de l’Association Africaine des Droits de l’Homme (ASADHO) avait réagi en affirmant que ces déclarations prouvent que « les deux chefs d’État sont déconnectés de la réalité et des aspirations du peuple congolais ». «Les présidents Kabila et Zuma ont démontré par leurs déclarations qu’ils sont vraiment déconnectés des aspirations du peuple congolais et des réalités du Congo. Comment Monsieur Zuma peut-il dire que le Congo est stable politiquement ? Comment Monsieur Kabila peut-il dire que le dialogue est permanent au Congo alors qu’aucune solution n’est trouvée à la situation politique qui génère des conséquences néfastes sur le vécu quotidien des Congolais ? », s’étaient interroé le coordonnateur de l’ASADHO.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top