Liens commerciaux

0

* Au pays, juste un décret du Premier ministre, d’ici au 31 octobre , suffirait pour « capturer » cette somme.

Une manne si proche s’éloigne. Selon des sources à New York, la RDC serait en passe de perdre 22 millions de dollars si un décret n’est pas signé d’ici au 31 octobre dans le cadre du Fonds Okapi destinés à la protection des forêts et des aires protégées. Des fonds mis à la disposition de la RDC par la Banque allemande de développement et le Fonds mondial pour environnent.

Lors de son séjour à Washington, le ministre des Finances, Henri Yav Mulang, fort de sa casquette de président du comité national de pilotage du Fonared, a été invité à examiner les modalités d’absorption de ces fonds qui n’attendraient qu’un décret du Premier ministre pour être débloqués. Au cas contraire, il a été demandé que ce fonds soit transféré au FONARED. Le ministre Yav a discuté de ces questions avec le directeur du secteur Environnement de la Banque mondiale pour l’Afrique centrale et de l’Ouest, Benoit Bosquet. Henri Yav Mulang a alors instruit l’agent administratif du Fonared basé à New York d’explorer toutes les modalités pratiques avec la Banque mondiale afin que ce fonds soit orienté vers le Fonared.
On rappelle que fin mai dernier, le Premier ministre, Bruno Tshibala Nzhenzhe, avait reçu le spécialiste de la Banque mondiale en matière environnementale, Douglas J.Ghraham. Le chef de l’Exécutif avait échangé avec son hôte sur la mise en place du fonds Okapi. Un fonds qui a été créé pour aider et financer les parcs et aires protégées du pays. « la Banque mondiale et le gouvernement allemand sont prêts à financer la création de ce fonds », avait déclaré Douglas J.Ghraham,
Actuellement, la RDC a besoin d’au moins 50 millions de dollars pour commencer le travail. La Banque mondiale avait promis de mettre à disposition de la RDC 20 millions de dollars, mais avant son lancement, le projet nécessitait un décret du Premier ministre pour « permettre au fonds de fonctionner en RDC ». D’où le plaidoyer de cette institution de Bretton Woods auprès du Premier ministre Bruno Tshibala. Le spécialiste de la Banque mondiale est convaincu qu’une fois le fonds créé, plusieurs autres bailleurs y mettraient de l’argent.
C’est en 2014 que ce fond est logé dans une banque britannique et a généré depuis 8 millions de dollars d’interêts lesquels pourront servir à l’aménagement des parcs nationaux sous l’accompagnement de l’ICCN.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top