Liens commerciaux

0
Le Mouvement Populaire de la Révolution (MPR) n’est pas mort. Redynamisé après une longue période de léthargie, ce vieux parti qui a fait le beau temps à l’époque du Maréchal Mobutu, est sous la conduite d’Alain Dilangu Mobutu. Et  fort de son expérience de 25 ans de règne à la tête du pays comme parti-Etat, le MPR ne se met pas en marge de la situation politique que traverse actuellement l’ancien Zaïre. Dans une déclaration le week-end dernier à son siège sur 7ème Rue Limete-Résidentiel,  ce vieux parti a tenu à rappeler à la classe dirigeante que tout président de la république doit se considérer « locataire » qui devra se conformer au contrat signé avec son bailleur. « Vous savez, il est bon de rappeler à tout président qu’il est locataire. Et par la nature du contrat de bail, tout locataire se doit de laisser la maison louée selon la volonté du bailleur. Et le bailleur dans le cas qui est le nôtre, c’est le peuple congolais. Et sa volonté est dans la constitution de notre pays », a déclaré Alain Dilangu Mobutu.

A la question de savoir quel est finalement le combat du MPR qui fait peau neuve, alors qu’il avait dirigé le pays pendant 32 ans et avait échoué, Alain Dilangu Mobutu répond :  « le combat du MPR est celui de faire entendre à une majorité toute puissante, tellement puissante qu’elle en a même oublié, sa raison d’être au sein de l’Hémicycle : parler et agir au nom du peuple, pour l’intérêt du peuple. Et à cette opposition qui, selon moi, a oublié son premier combat, celui d’être un levier, un contrepoids face à l’injustice que subit la population congolaise afin de rétablir l’équilibre. Et l’esprit dans lequel nous allons œuvrer, ça sera un esprit d’unité vers un véritable changement où chaque individu ou investisseur étranger se sentira chez lui en sécurité au Congo ».

Le MPR refuse d’appartenir ni à la Majorité présidentielle ni à l’Opposition. « Tous les acteurs politiques qu’ils soient de l’Opposition ou de la Majorité, sont du MPR. Car, nous naissions tous dans le MPR. A l’exception des compatriotes nés après 1990 », déclare Alain Dilangu, avant d’ajouter : « nous serons mauvais parent si nous penchons d’un côté. Notre combat est de rechercher l’unité dans la diversité pour le bien-être de tout le peuple congolais, zaïrois s’il nous était permis de l’appeler ainsi ».

Se basant sur son expérience, le MPR déconseille vivement les acteurs politiques congolais l’ivresse du lait quand on est au pouvoir parce qu’elle conduit à la ruine.
Scooprdc
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top