Liens commerciaux

0
La ville de Kisangani n’est toujours pas encore complètement desservie en eau courante de la Régie de distribution d’eau (REGIDESO). Depuis la coupure d’électricité de jeudi dernier, certaines communes manquent toujours d’eau potable, ont indiqués des sources locales lundi 13 novembre.
La REGIDESO a reçu le week-end dernier deux générateurs de secours. L’un, lui prêté par la MONUSCO, est d’une puissance de 350 KVA. Ce groupe électrogène est utilisé pour les deux prises d’eau et le refoulement au niveau de l’usine Tshopo I.



Le second groupe, d’une capacité de 450 KVA, est fournie par l’entreprise CFT pour alimenter les pompes du l’usine Tshopo II. Cependant, ce générateur n’a pas pu supporter la puissance des équipements de refoulement d’eau.
Selon la REGIDESO, il faut avoir un générateur de 630 à 700 KVA pour être en mesure de fournir de l’eau potable sur toute la ville dans les deux réseaux basse et haute pression.
En attendant, les communes Mangobo, Tshopo ainsi qu’une partie de la Makiso sont desservies en basse pression. Le programme prévoit des séquences de fourniture d’eau potable : la première de 8h25’ à13h25’ et la seconde de 15 h 30 à 22 h 30, heure locale.
La Direction générale de la REGIDESO a envoyé un troisième groupe électrogène de 350 KVA. Et un quatrième de 360 KVA est attendu ce lundi à Kisangani.
Ce désagrément dure depuis la coupure d’électricité jeudi dernier. Celle-ci fait suite à l’inondation à la centrale hydroélectrique de la Tshopo.
Le directeur général de la SNEL, Jean-Bosco Kayombo, explique :
/sites/default/files/2017-11/07112017-p-f-kinshasasnel-00.mp3
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top