Liens commerciaux

0
Alors que les Etats membres de l’UE discuteront aujourd’hui de la situation en République démocratique du Congo (RDC) au sein du Groupe de travail sur l’Afrique (COAFR), le réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc) et Protection International souhaitent exprimer leur profonde préoccupation sur la “crise des droits de l’homme et de la sécurité dans ce pays qui ne montre aucun signe de ralentissement“, annonce un communiqué consulté par POLITICO.CD.
Avec un nouveau plan d’organisation des élections en décembre 2018, nous exhortons l’UE et ses Etats membres à rester actifs en RDC, en exerçant des pressions sur les individus et les entités qui bloquent le processus démocratique et en aidant les autres à organiser des élections crédibles en 2018“, affirme ce communiqué.
Le 5 novembre 2017, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a publié un calendrier tant attendu pour la tenue des élections. Le nouveau calendrier prévoit des élections présidentielles, parlementaires et provinciales le 23 décembre 2018, deux ans après la fin du deuxième et dernier mandat présidentiel de Joseph Kabila.



“Cependant, une grande partie de l’opposition et de la société civile n’acceptent pas le nouveau calendrier et expriment de sérieux doutes quant à la volonté politique du gouvernement d’organiser des élections crédibles en 2018. En effet, le président Joseph Kabila n’a pas indiqué qu’il était prêt à démissionner démocratiquement ou pacifiquement. Comme l’impopularité extrême de Joseph Kabila continue d’augmenter, le risque d’agitation dans le pays augmente également“, explique ce communiqué.


LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top