Liens commerciaux

0


- Le Prof. Albert Kabasele Yenga Yenga, Dr en Sciences spatiales et physique des satellites du climat, a lancé une alerte faisant état de l’avancée de l’océan vers les terres à Moanda, une cité de la province du Kongo Central, dans un document intitulé : « Transition énergétique et technologies vertes dans le cadre de la cop23: quels avantages pour la RDC? » parvenu mardi à l’ACP.

Ce signal d’alarme, a-t- il déclaré, est une preuve des bouleversements climatiques, dus aux causes profondes engendrées par le changement climatique, affirmant que la marée haute a augmenté au fil de temps de 75 centimètres (cm) de hauteur de plus par rapport aux valeurs normales : signe de stress océanique à Banana, au Km 5, et à Nsiamfumu, dans la même Province.

Pour ce faire, le Pr Kabasele a plaidé pour la mise en place de la police environnementale en vue de mener des actions susceptibles de soutenir les populations, victimes des conséquences inévitables des changements climatiques et de lutter contre ce fléau.

L’érosion des sols côtiers, a- t- il poursuivi, était lente avec au moins 15 mètres des terres gagnées par l’océan, soit une célérité maximale d’avancement de mer de 3 millimètres (mm) par jour de 1986 à 1998, soulignant, par ailleurs, que de 1998 à 2006, elle était ultra-rapide avec au moins 34 à 40 mètres des terres gagnées par l’océan, soit une célérité maximale d’avancement de mer de 12,4mm par jour.

Le Pr. Kabasele, qui est également expert physicien du Climat à la Convention- Cadre des Nations Unies sur le Changement climatique (UNFCCC) basé à Bonn, signale que de 2006 à 2016, l’érosion des sols était trop lente avec au moins 6 mètres des terres gagnés par l’océan, soit une célérité maximale d’avancement de mer de 1,55 mm par jour, soit une moyenne d’avancement de l’Océan dans les terres de Muanda de 5,65mm par jour.

Selon le Pr Kabasele, « tous les chaos vécus par les pays sous-développés ne proviennent pas du réchauffement climatique. Mais nous, nous affirmons que les inondations en Ituri, à Boma au Kongo Central, des feux les forêts au Katanga et l’érosion côtière à la côte atlantique doivent avoir un lien avec le réchauffement climatique et les préjudices subis doivent être payés parce que ce sont des dommages qui engendrent même des pertes en vies humaines ».
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top