Liens commerciaux

0
Sans doute, le flou reste entretenu sur les ambitions de Joseph Kabila, qui pourtant a promis à plusieurs reprises le respect de la constitution, qui lui interdit de briguer un troisième mandat. Cependant en même temps il n’a jamais désigné un Dauphin pour sa succession et qui sera le candidat de son camp aux prochaines élections prévues en Décembre cette année!

Moïse Katumbi se voyait déjà comme successeur de Joseph Kabila, mais quand lui et ses alliés du G7 étaient dans la majorité présidentielle ont suggérés ce débat de désignation du Dauphin, ils ont été poussé à quitter la MP. Personne pour l’instant au sein de la famille politique de Joseph Kabila ne peut soulever cette question, pourtant d’après les prévisions du calendrier électoral, les dossiers de candidatures vont être déposé du 25 Juillet au 08 Aout, cette année. Donc il ne reste que 6 mois, pour que l’opinion nationale et internationale, commencent officiellement à sonder qui de l’opposition ou de la majorité succédera à Joseph Kabila. Voilà un débat qui manque pour apaiser tout le monde.

6 mois c’est ne plus trop tôt pour faire connaitre un Dauphin qui apaiserait les tensions politiques internes avec comme motif, manque de confiance à la bonne volonté de Joseph Kabila d’organiser les élections cette année 2018.
A ce niveau du débat l’opposition a d’une part raison, état donné que la MP se dit préparer les élections sans envoyer tous les signaux fort qui motiveraient toute la classe politique à sa bonne volonté d’aller aux élections. A six mois du Dépôt de candidature, aucun au sein de la MP ne sait pas s’il sera aligné comme candidat député, ou comment. Alors on prépare les élections comment? Si c’est une stratégie de la MP de préparer ses élections secrètement, le moment est venu de rompre avec la discrétion.
6 mois avant le dépôt de candidature, pas suffisant pour qu’on commence à préparer l’Électorat, surtout que la confiance de la communauté internationale sur la bonne volonté d’organiser les élections est entrée de se perde, et au niveau national, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi; ténors de l’opposition soutenu par l’Église catholique n’y croient pas.
En tout cas si le PPRD et ses alliés de la MP veulent organiser les élections, le moment est venu de se réunir à Kingakati pour la désignation du successeur de Joseph Kabila, et toute l’opinion nationale, comme internationale sera rassurée sur la bonne foi d’aller aux élections en décembre cette année 2018. Les marches de l’opposition n’auront plus raison d’être étant donné qu’il y a le calendrier électoral, la loi électorale, et la Ceni s’approvisionne déjà avec le matériel qu’elle utilise pour la sensibilisation.
La désignation du Dauphin de Kabila serait maintenant une victoire, de la majorité sur le plan diplomatique et pourrait avoir des conséquences sur l’unité de l’opposition ou de la majorité à savoir:
  • Soit l’opposition se divise pour la désignation à leur tour du candidat commun
  • Soit l’opposition s’unit et établi des stratégies pour gagner
  • Soit également ce Dauphin divisera la Majorité présidentielle ou
  • Soit cette majorité sera unie et gagner les élections!
A l’heure actuelle Kabila est dans l’obligation de clarifier sa position, sachant qu’il ne va pas gagner à tous les coups … autrement la RDC se dirige vers la situation similaire de la République Centrafricaine avec François Bozizé qui a été chassé du pouvoir avant l’expiration de son mandat, pour son refus de partager le pouvoir avec les SELEKA en Mars 2013, alors que son mandat devait expiré en 2016. Qu’adviendrait-il à un président qui a dépassé son mandat ?!
Éditorial de Christian-Joseph Musenge
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top