Liens commerciaux

0
Le porte-parole du gouvernement a qualifié ce mercredi les propos du cardinal archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo Pasinya de « déclaration politique d'une rare violence ».

Face à la presse, Lambert Mende (photo) estime qu’une « frange de clergés semble avoir délibérément choisi de se ranger derrière quelques politiciens obstinés dans leur rêve de prendre le pouvoir politique par d'autres voies que celle des urnes ».



Monsengwo, apôtre des insultes

Pour Lambert Mende, « le cardinal se fait subitement l'apôtre des insultes et autres noms d'oiseaux dont il gratifie certains de ses compatriotes ».

Il est clair, selon le porte-parole du gouvernement que que « le cardinal incite les congolais à la haine et à la confrontation en les opposants les uns aux autres par un discours belliqueux aux accents de combattant ».



« Monsengwo dans le caniveau »

Lambert Mende regretter que « le cardinal soit descendu dans le caniveau ».

À l'heure actuelle, « le peuple congolais a plus besoin de pompiers que des pyromanes », de poursuivre le ministre de la communication en réaction aux propos de Monseigneur Laurent Monsengwo, qui a demandé aux « médiocres de dégager, pour que règnent la paix et la justice en RD Congo ».
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top