Liens commerciaux

0
C’est le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya en personne qui a dit la messe de requiem de ce vendredi 12 janvier 2018 organisée à la cathédrale Notre-Dame du Congo en mémoire des victimes de la marche du 31 décembre 2017.

Outre des acteurs politiques nationaux, en grande majorité proches de l’opposition, plusieurs diplomates ont pris part à cette cérémonie.

Diplomates
Les ambassadeurs des différents pays présents au culte
En substance, le prélat a une nouvelle fois, dans son homélie, lancé un message de courage au peuple congolais en général et aux fidèles catholiques en particulier.  » Nous célébrons la fin de l’arrogance, de l’ignorance de nombreux mensonges d’un pouvoir assassin de notre humanité à tous. C’est le moment pour chaque Congolais de prendre son destin en main » a-t-il martelé, avant de rappeler que ces personnes mortes le 31 décembre seront gravées dans les mémoiresdes Congolais.

Les opposants
Les opposants politiques présents à la messe
Par ailleurs, a souligné le cardinal, face à l’arrogance d’un régime qui est à sa fin, les Congolais sont appelés à être solidaires dans cette grande lutte.

Abordée à l’issue de la messe, Henriette Wamu, députée nationale, a confié à TIMES.CD, son voeu de voir la date du 31 décembre être commémorée chaque année pour se souvenir de ces fidèles tombés au front. << Nous sommes là, non seulement,pour ceux qui ont été victimes du 31 décembre, mais également pour ceux là qui ont perdu la vie lors de fortes pluies abattues le 4 janvier dernier. Et j’approuve la décision sur le maintien du 31décembre comme une journée de souvenir en mémoire des tous ces mort » a-t-elle appuyé.



Ben Bukasa & Sylvie Mbantshi/TIMES.CD
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top