Liens commerciaux

0
Le Coordonnateur de la Nouvelle plateforme électorale “Ensemble pour le Changement” dans le Grand Katanga a fait une mise au point mercredi 28 Mars 2018 au sujet de la polémique autour de la nationalité italienne de Moïse Katumbi Chapwe, candidat déclaré à la présidentielle de décembre prochain. Selon Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, il s’agit ni plus ni moins d’un acharnement, un moyen de l’empêcher à tout prix de concourir aux élections présidentielles. « Il est tout à fait déplorable d’entendre toutes ces manoeuvres du pouvoir qui visent finalement à empêcher Katumbi de participer à la course à la présidentielle dans notre pays. Ce sont des raisons ridicules. Si Katumbi est aujourd’hui sujet italien, pourquoi l’avons-nous laissé diriger le Katanga pendant près de 10 ans alors qu’il n’est pas Congolais? Si le PGR veut amorcer une instruction pour usurpation de nationalité de la part de Katumbi, il devra également interpeller ceux qui l’ont laissé diriger en le nommant pour complicité à cet usurpation qu’il évoque », a-t-dit a ACTUALITE.CD. Pour Kyungu wa Kumwanza, les élections du 23 décembre prochain doivent revêtir un caractère inclusif. “Nous ne pouvons pas envisager les élections avec l’intention d’exclure les adversaires de taille, a-t-il poursuivi, Il s’agit d’un processus inclusif. Et nous tenons à ce qu’on laisse Katumbi rentrer au pays et déposer sa candidature au mois de juin prochain sans être inquiété. La seule manière de l’attaquer, c’est en critiquant simplement son projet de société et non sa nationalité qui est Congolaise ». Le Président de la Fondation Katangaise, Raphaël Mututa, présent à cette rencontre, a appelé le pouvoir à privilégier la paix en facilitant au candidat déclaré à la présidentielle d’obtenir un certificat de nationalité. Moise Katumbi, candidat déclaré aux élections du 23 décembre 2018, est l’objet de plusieurs poursuites judiciaires depuis son départ de la MP, mouvance au pouvoir. La dernière en date est l’ouverture par le PGR d’une instruction en son encontre pour usurpation de nationalité congolaise. La justice congolaise reproche à l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga de détenir la nationalité italienne. Ce qui pourrait l’écarter de la course aux présidentielles prochaines.
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top