Liens commerciaux

Emission Kiosque du 23 Avril 2018 avec Mike Mukebayi et Serge Kabongo : Katumbi veut chasser Kabila par les armes !

0



“En tant que Né-kongo, j’ai honte de ce qui s’est passé le vendredi 30 mars 2018 aux abords de l’hémicycle de l’Assemblée Provinciale du Kongo-Central”, propos du Député National Albert Fabrice PUELA, élu de Matadi. Dans un entretien avec politiquerdc.net ce jeudi 12 avril 2018, Albert Fabrice PUELA condamne avec la dernière énergie les actes de vandalisme perpétrés par des jeunes désœuvrés appelés Kuluna avec comme objectif, semer le trouble pour perturber la séance plénière consacrée à l’ouverture de la rentrée parlementaire de la session ordinaire de Mars 2018. Ainsi déplore-t-il, les dégâts matériels qui s’en sont suivi jusqu’à arracher la vie à une personne, des actes jamais enregistrés dans cette province de paix. Blessé dans son amour propre, le porte-parole de la population Kongo dénonce l’instrumentalisation de ces jeunes désœuvrés par des autorités de la province, des faits prémédités d’avance. À cet effet, il en appelle à une mobilisation de tous les fils et filles de la province à se lever comme un seul homme pour que l’Assemblée Provinciale du Kongo Central, suspendue injustement, dit-il, rentre dans ses droits car nulle part, ni la Constitution, ni la loi portant sur la libre administration des provinces, moins encore, aucun acte juridique dans ce pays ne donne droit au Ministre ayant l’Intérieur dans ses attributions , le droit de suspendre ou de fermer une Assemblée Provinciale, la province n’étant pas sous tutelle du Gouvernement Central. Aussi, le député PUELA, au nom de tous les habitants du Kongo Central, invite le Président de la République, Joseph KABILA, en tant que Garant du bon fonctionnement des institutions du pays, à libérer la province par le départ de Jacques MBADU qui fait la honte de la province avec des détournements à grande échelle, surtout en aliénant toutes les recettes de la province jusqu’en 2019. “Un amateurisme à haut niveau”, renchérit-il.

Problématique de l’unité de l’opposition

Abordant la question sur l’unité de l’opposition, le Président du parti politique Renaissance du Congo, RECO en sigle, Albert Fabrice PUELA se dit être surpris, car selon lui, les mêmes qui se permettent de déclarer l’unité de l’opposition sont les premiers égocentriques. “Je souhaite que nous ayons un seul candidat commun, mais le chemin voulu serait des élections primaires dans une joute d’idée et non des moyens financiers”, a-t-il conclu, tout en soulignant que la RDC n’a pas besoin d’une personne qui a de l’argent pour s’enrichir davantage, mais plutôt qui aime ce pays et qui l’aura déjà prouvé.



LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top