Liens commerciaux

0
Le Mouvement des indépendants réformateurs (MIR) annonce son intention de présenter la candidature du président Joseph Kabila à la prochaine présidentielle, malgré l’interdiction constitutionnelle.

Stanley Mbayo Pelesa, président du MIR, membre de la Majorité Présidentielle, fait savoir que son parti va présenter la candidature de Joseph Kabila à la présidentielle du 23 décembre prochain en République démocratique du Congo, malgré le fait que la Constitution du pays interdit au président congolais de briguer un autre mandat.

Cependant, pour Mt Mbayo, son parti est libre de présenter la candidature du président Kabila, sans violer la Constitution. « La Constitution vous dit, le Président de la République est élu pour un mandat de cinq ans, une fois renouvelable. La loi électorale vous dit, le mandat appartient aux partis politiques. Quand un élu démissionne de son parti, il perd son mandat« , introduit-t-il.

« En 2006, Joseph Kabila se présente (comme) candidat indépendant aux élections présidentielles. En 2011, il y a un congrès du PPRD à Mbandaka, qui plébiscite Joseph Kabila candidat président de la République sur la liste PPRD (…) Joseph Kabila leur dira: je dois renouveler mon mandat, il a renouvelé son mandat en tant qu’indépendant« , ajoute-t-il.

Cet avocat et proche du Président congolais affirme donc qu’aux prochaines élections, Joseph Kabila est libre de se présenter sous la bannière d’un parti politique. « Aux prochaine élections, la seule interdiction qui limiterait Kabila, c’est de se représenter en tant qu’indépendant« , dit-il, avant d’annonce que son parti allait déposer la candidature du président Kabila à cette présidentielle.

« Notre parti politique, le MIR, Mouvement des indépendants réformateurs, va, pour la toute première fois, au mois de juillet, concourir aux élections présidentielles. Et sur notre liste, le candidat, ça sera Joseph Kabila« , annonce-t-il.

Arrivé à la fin de son deuxième et dernier mandat à la tête du pays depuis le 20 décembre 2016, le Président congolais ne peut plus se présenter à la prochaine présidentielle. Néanmoins, l’absence de choix clair de successeur au sein de sa famille politique pousse l’opposition congolaise à accuser le Chef de l’Etat de vouloir briguer un nouveau mandat.

La semaine dernière, la Présidence a été obligée de démentir des rumeurs relayées par des réseaux sociaux et confirmant une candidature supposée de Joseph Kabila à cette prochaine Présidentielle. « C’est de l’intox pure et simple. Il n’en est pas question », répond Jean Pierre Kambila, Directeur de cabinet adjoint du président Joseph Kabila, interrogé par l’Agence France Presse.

« La Constitution interdit le renouvellement du mandat, mais elle n’interdit pas que la même personne rempile plus de trois mandats« , argumente néanmoins Mt Mbayo, affirmant qu’il va bientôt « aller voir la CENI » pour le dépôt de cette candidature.

politico.cd
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top