Liens commerciaux

0
Un mois après la résurgence de la maladie à virus Ebola dans la province de l’Equateur, le ministre de la Santé publique était face à la presse le samedi 09 juin pour présenter le bilan de la riposte gouvernementale. Oly Ilunga a souligné la nécessité d’améliorer le système de surveillance épidémiologique du pays.

Plusieurs réalisations ont été menées par le Gouvernement et ses différents partenaires depuis la déclaration de la maladie le 08 mai dernier. Il s’agit, entre autres, de 65 tonnes de médicaments distribués, 50 motos et vélos envoyés sur le terrain, 150 experts déployés et 72 points d’entrée couverts. Le Gouvernement a offert la gratuité des soins dans 7 zones de santé couvrant 7 hôpitaux généraux de référence et 103 centres de santé.
Parlant des perspectives, le patron de la santé publique a fait savoir que la chaîne de transmission identifiée et maitrisée à Mbandaka et Bikoro où ils n’ont plus recensé des cas confirmés depuis plus de 21 jours. Il a, toutefois, reconnu que le risque de propagation reste important en raison de la mobilité de la population. Avant d’ajouter, que les efforts se focalisent essentiellement sur Itipo, dans la zone de santé d’Iboko, où un nouveau cas confirmé d’Ebola a été reporté le 7 juin. Pendant ce temps, les activités de surveillance et de suivi des contacts ont été intensifiées à Itipo et les aires de santé voisines, a déclaré Oly Ilunga.

DEFIS MAJEURS
Abordant les défis majeurs auxquels le Gouvernement et ses partenaires devront faire face, il a évoqué la logistique et la relation avec les communautés affectées. Pour ce dernier point, le numéro 1 de la Santé a estimé qu’il est important d’être à l’écoute de ces communautés et prendre en compte leurs besoins ainsi que la création d’emplois pour les jeunes aux fins de la réfection des routes et autres travaux d’intérêts communautaires.
Par ailleurs, Oly Ilunga a déclaré que chaque épidémie offre une opportunité d’améliorer le système de surveillance épidémiologique du pays et la résilience de son système de santé.
Concernant la résilience du système de santé, la province de l’Equateur était déjà incluse dans le projet de développement du système de santé (PDSS), un projet du ministère de la Santé, avec un financement de la Banque mondiale, dixit le ministre. 15 millions d’USD du PDSS alloués au renforcement du système de santé de la province de l’Equateur dans le cadre de la maladie à virus Ebola ont permis de financer gratuitement les soins dans les 7 zones de santé touchées qui a un cout évalué à 7,3 millions d’USD, a-t-il mentionné. A l’en croire, tous les fonds non-utilisés dans cette épidémie seront consacrés à la réhabilitation des formations sanitaires de la province.
La 9ème épidémie d’Ebola en RDC est une épidémie à haut risque, a rappelé ce médecin avant d’expliquer que le personnel de santé était affecté, il y a eu deux foyers ruraux en même temps et la proximité avec la ville de Mbandaka et la mobilité de la population. Mathy MUSAU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top