Liens commerciaux

0
L’UDPS, la formation chère à Félix Tshisekedi n’a pas changé sa position de rejet de la machine à voter proposée par la CENI aux élections du 23 décembre prochain. Augustin Kabuya, Secrétaire général adjoint chargé de la sensibilisation et Communication du parti de la 11ème rue Limete est formel : la rumeur faisant état de l’acceptation de la machine à voter est "une distraction pour faire passer un faux message à l’opinion". Il l’a déclaré à Radio Okapi.

"Je précise bien que c’est une fausse information. Est-ce que le parti peut lever une telle option sans que nous, les officiels du parti, en l’occurrence le Secrétaire génal et le Secrétaire général adjoint n’en soient informés" ?, a répliqué Augustin Kabuya.
Néanmoins, le Secrétaire adjoint de l’UDPS confirme, à cette occasion, la nomination depuis le 13 juin courant, du président de la Commission Électorale Permanente, CEP, Jacquemin Shabani, et Crispin Mukendi respectivement mandataire titulaire et mandataire suppléant de l’UDPS à la CENI.
Pour Augustin Kabuya, ces nominations au sein de la CENI " n’ont rien à voir avec une quelconque acceptation de la machine à voter comme contrepartie ".
Ces deux personnalités auront pour mission de représenter le parti à toutes les rencontres avec la Commission électorale nationale indépendante. La Commission électorale permanente( CEP), est la structure qui s’occupe des élections au sein de l’UDPS.
Pour sa part, l’UDPS/Kibassa a montré qu’elle émet désormais sur la même longueur d’ondes que l’UDPS que dirige Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Lors de la commémoration samedi 14 avril dernier de la disparition de feu Fréderic Kibassa Maliba, le porte-étendard de ce parti avait réaffirmé que la machine à voter sera une source de conflits post électoraux.
"La polémique autour du prix de cette machine et la déclaration de l’ambassadeur Sud-coréen devraient par pudeur, interpeler le président de la CENI à reconsidérer sa position au profit d’un vote manuel classique. Ainsi la démocratie retrouvera son oxygène ", a claironné Augustin Kabuya.
Il a, par ailleurs, souligné : "Nous exigeons, en ce qui concerne le fichier électoral, un audit crédible et nous n’approuvons pas la manière cavalière avec laquelle la CENI traite de cette question. Nous exhortons les forces citoyennes, particulièrement l’Eglise catholique, à s’impliquer dans la surveillance des élections, pour éviter les tricheries en masse qui compromettraient le véritable verdict populaire ".
Pendant ce temps, le remplacement du rapporteur de la CENI Jean-Pierre Kalamba par Bertrand Midimu désigné par Fatshi se fait toujours attendre.
Il y a quelques jours, le parti d’Étienne Tshisekedi avait lors d’un point de presse animé par son porte-parole, accusé le président de l’Assemblée nationale de bloquer le processus du remplacement de Kalamba.
La majorité de députés UDPS s’est déjà prononcée en faveur du remplacement de Jean Pierre Kalamba. Emma MUNTU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top