Liens commerciaux

0
Freddy Kita, un des 10 signataires de l’Acte de Genval ayant créé le Rassemblement a rappelé que
c’est Bruno Tshibala Nzenzhe qui avait approuvé la désignation de Joseph Olenghankoy comme président du Conseil des sages du Rassemblement, après la mort d’Etienne Tshisekedi. Une manière de dire non aux insultes qui visent le chef du gouvernement sur la gestion actuelle de la plateforme. Devant la presse mercredi soir, il a exhibé le document reprenant la signature de Tshibala actant le choix porté sur Olenghankoy par les 7 sages signataires de l’Acte d’engagement de Genval. Par la même occasion, l’autorité morale du Mouvement du Peuple pour le Progrès Social (MPPS) a dénoncé le dénigrement répété que subissent le premier ministre et les membres du gouvernement issus de cette plateforme de la part d’une prétendue base du Rassop. « Trop, c’est trop », dit-il. Il juge inadmissible que des personnes sans identité, ni qualité se mettent à vilipender à longueur des journées les membres du gouvernement. Au Rassemblement, il n’y a pas de base, explique-t-il, avant de mettre en garde ce groupe d’ultras qui s’en prend aux leaders de la plateforme. L’autorité morale du MPPS s’est dit vraiment indigner de constater que le Rassemblement a été transformé en plateforme électorale par la seule volonté d’un individu. Il cite Joseph Olenghankoy tout en déplorant cette attitude qui frise, selon lui, le manque de collaboration. Parler du Rassemblement comme plateforme électorale, c’est une tricherie. A Genval, F. Kita rappelle qu’il n’avait jamais été question de faire du Rassemblement, une plateforme électorale. Il appelle les initiateurs de cette démarche à faire une bonne lecture de l’Acte fondant la plateforme. Sinon, c’est une interprétation erronée et biaisée des textes fondateurs. Encore une fois, il a martelé que le Rassemblement reste et restera toujours une plateforme politique.Outre cette question de transformation unilatérale du Rassemblement en plateforme électorale, le vice-ministre de la Coopération Internationale a évoqué la question d’incompatibilité qui frappe les animateurs des institutions. Il rappelle que le président du Conseil des sages du Rassemblement ne doit plus etre au même moment président du CNSA. « Au regard de la loi, il y a incompatibilité entre les deux fonctions », explique Kita qui estime humblement que le président des Fonus doit jeter l’éponge pour éviter d’instaurer « la politique de deux poids, deux mesures ». D’ailleurs, Freddy Kita estime que cette question doit être soulevée au cours d’une réunion des sages du Rassemblement et une réponse rapide doit être trouvée. Mais à haute voix, F. Kita insiste qu’il n’y a pas de problèmes entre Bruno Tshibala et Joseph Olenghankoy. « Les deux leaders ne sont pas des ennemis. Ils travaillent tous pour l’intérêt de la république », ajoute-t-il.
C-News
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top