Liens commerciaux

0
Des milliers de Kinoises et Kinois se sont déplacés le samedi 09 juin 2018 à la place Sainte Thérèse, dans la commune de N’Djili, pour le meeting de l’Ensemble. Alors qu’ils attendaient des messages de Delly Sesanga, Secrétaire général, Pierre Lumbi, vice-président, Jean-Bertrand Ewanga, modérateur du jour, ou Gabriel Kyungu, venu expressément de Lubumbashi pour cette première sortie publique de leur plate-forme, ils étaient surpris d’être conviés, grâce à la magie de la technologie, à suivre en live, par vidéo- conférence, celui de Moise Katumbi en personne.

Le candidat de l’Ensemble à l’élection présidentielle du 23 décembre
2018 est apparu, comme dans un film, sur un écran géant installé à la
place Sainte Thérèse, pour communier avec une foule de plus de 30.000
personnes mobilisées pour le meeting, lesquelles ne cessaient de lui
répondre par des ovations assourdissantes. Cette forte mobilisation
populaire n’a connu aucun incident, grâce à la fois à la vigilance du
cordon de sécurité mis en place par les organisateurs contre tout
fauteur de trouble ou infiltré, mais aussi au professionnalisme de la
police nationale congolaise, sans oublier l’accompagnement remarquable
de la Monusco.
Dans son message en lingala – autre surprise du jour- une façon pour
le patron du Tout Puissant Mazembe de démontrer qu’il est un Congolais
de souche, contrairement aux élucubrations de méchantes langues, qui
s’évertuent à lui imputer la double nationalité pour l’éliminer de la
course à la présidentielle, il s’est voulu solidaire des souffrances
du Congolais moyen.
En effet, dans son intervention, Moise Katumbi a commencé par rendre
hommage à la population qui a bravé un soleil de plomb et abandonné
ses occupations habituelles pour se mettre à la disposition de sa
plate-forme électorale.
Il a, dans son message d’environ 8 minutes, martelé que tous les
Congolais et Congolaises devraient se lever, tel un seul homme, pour
barrer la route à un troisième mandat illégal de Joseph Kabila, qu’il
a qualifié de « troisième faux penalty ».
Dans la foulée, il a annoncé son retour imminent au pays pour venir
déposer, en personne, sa candidature afin de participer à l’élection
présidentielle du 23 décembre 2018, sans la machine à voter. Dans le
même registre, il a réaffirmé son refus de tout report des élections.
Séance tenante, les 30.000 participants au meeting ont exigé, au nom
de plus de dix millions de Kinoises et Kinois, que l’avion qui devrait
le ramener au pays puisse atterrir à l’aéroport international de
N’Djili. On ose croire que les leaders de l’Ensemble présents sur le
lieu ont pris acte de la requête de la « base ».
L’ex-gouverneur de l’ancienne province du Katanga a réaffirmé sa
volonté de travailler pour une candidature commune de l’opposition en
vue de permettre à celle-ci de gagner la bataille de l’alternance au
sommet de l’Etat à l’horizon 2018.
A ce sujet, il a fait savoir qu’il est en pourparlers avec plusieurs
leaders de l’Opposition, dont Félix Tshisekedi, Jean-Pierre Bemba,
Vital Kamerhe… pour l’harmonisation des idées et des ambitions
politiques.
Tout en saluant l’acquittement du président du MLC, Jean-Pierre Bemba,
par la Cour Pénale Internationale, le candidat de l’Ensemble à
l’élection présidentielle a exigé la libération des prisonniers
politiques, notamment Jean-Claude Muyambo, Franck Diongo, Diomi
Ndongala, Gérard Mulumba …
Moise Katumbi a, par ailleurs, déploré la détérioration de la
situation sociale de l’écrasante majorité de la population, laquelle
se caractérise par un faible taux de desserte en eau potable et
électricité, la modicité des salaires des fonctionnaires, militaires,
policiers, médecins, professeurs d’universités, enseignants du
primaire et du secondaire, le chômage des millions de jeunes et
adultes, etc.
Pour y remédier, il a sollicité les suffrages des Kinoises et Kinois
pour l’élection présidentielle du 23 décembre 2018, de façon qu’une
fois au pouvoir, il mette en application un programme quinquennal fort
ambitieux, basé sur un budget de 100 milliards de dollars américains
destiné à éradiquer la pauvreté, à créer plus de 300.000 emplois, à
financer la construction d’écoles et hôpitaux,
Son objectif, a-t-il fait savoir, est de réaliser le miracle
économique à l’échelon national, comme il l’avait fait au Katanga.
Moise Katumbi a également fait part, aux cadres et militants de
l’Ensemble, des victoires diplomatiques remportées lors des tournées
en Europe, en Amérique ou en Afrique, tantôt seul, tantôt en synergie
avec d’autres compagnons de lutte au sein de l’opposition.
A la fin du message de Moise Katumbi, le modérateur du jour, Jean
Bertrand Ewanga, a simplement invité la population à regagner
calmement ses quartiers de résidence. Quant au Secrétaire Général de
l’Ensemble, Delly Sesanga, il a révélé que le message de leur candidat
allait être vulgarisé d’ici peu à travers les différentes bases des
partis politiques et associations de l’Ensemble, à Kinshasa comme en
provinces. Une tournée provinciale est d’ailleurs annoncée pour très
bientôt.
On a noté la présence de plusieurs leaders de l’Ensemble sur le
podium érigé à la place Sainte Thérèse, notamment Pierre Lumbi,
Christoph Lutundula, Jean-Claude Vuemba, Jean- Bertrand Ewanga, Moise
Moni Della … accompagnés de leurs militants mobilisés pour la
circonstance.
On signale que le secrétaire général de l’Ensemble, Delly Sesanga,
avait improvisé une caravane motorisée à partir de sa résidence de
Macampagne jusqu’à la place Sainte Thérèse, en passant par le siège de
son parti, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de
Kasa-Vubu.
ERIC WEMBA
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top