Liens commerciaux

0
L'opposant congolais en exil Moïse Katumbi a officiellement demandé l'autorisation de rentrer en République démocratique du Congo, où il compte déposer sa candidature à l'élection présidentielle prévue le 23 décembre.

M. Katumbi a demandé l'autorisation d'atterrir en jet privé vendredi 3 août à l'aéroport de Lubumbashi (sud-est) en provenance de Johannesburg, a-t-il indiqué à l'AFP en joignant sa lettre à la direction de l'autorité de l'aviation civile.

L'ex-gouverneur du Katanga a joint une liste de sept passagers, dans ce courrier daté de Bruxelles.

"Je suis à Johannesburg", a-t-il déclaré à l'AFP, se disant prêt à passer par voie terrestre par la Zambie si sa demande était refusée.

>> Lire aussi : Kinshasa revient sur sa décision de restreindre les visas aux Français et aux Belges

Comme tous les candidats à l'élection présidentielle, M. Katumbi doit déposer son dossier avant la date-butoir du 8 août.

Ex-proche du président Kabila passé à l'opposition en 2015, il a été condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière.

Il est également poursuivi pour recrutement de mercenaires (procès renvoyé au 10 octobre par la cour suprême).

"Des farces judiciaires" a déclaré la semaine dernière son avocat parisien Eric Dupond-Moretti, qui a aussi balayé une troisième accusation (la nationalité italienne), concluant: "Rien n'interdit qu'il rentre en RDC".

>> Lire aussi : Kinshasa restreint les visas pour les Français et les Belges au nom de la réciprocité

L'ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba a de son côté annoncé son retour pour mercredi à Kinshasa en provenance de Bruxelles, et non plus dès mardi dans son fief de Gemena (nord-ouest).

Son parti le MLC a indiqué "que le gouvernement n'a pas pu accorder l'autorisation d'atterrissage du vol directement à Gemena".

Une réunion est prévue dans l'après-midi entre le MLC et le gouverneur de Kinshasa.

Acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) des crimes de guerre et crimes contre l'humanité dont on l'accusait, remis en liberté provisoire et conditionnelle, poursuivi dans une affaire annexe par la CPI, M. Bemba veut aussi présenter sa candidature avant le 8 août.

Avec AFP
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

.
 
Top