Liens commerciaux

0
Le contraire aurait surpris. La com« munication du président de la République, Joseph Kabila, devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès le jeudi 19 juillet a fait réagir les principaux partis de l’opposition. Dans une déclaration commune faite hier lundi 23 juillet à Kinshasa, l’Opposition rd-congolaise exige des élections crédibles, transparentes et apaisées, qui respectent la Constitution. »

Dans ce document paraphé conjointement par l’UDPS, l’UNC, Ensemble, le MLC et la Dynamique de l’opposition, ces regroupements et partis politiques réclament des élections crédibles, et apaisées, conformes à la constitution, à l’Accord du 31 décembre et aux résolutions 2348 et 2409 du Conseil de sécurité des Nations-Unies. Ils appellent les Congolais à faire obstacle à tout processus électoral conduit de "manière unilatérale par le camp du président Joseph Kabila et basé sur la fraude ou organisé en violation des droits et libertés des citoyens".
A l’occasion, ces leaders de l’opposition sont revenus sur leurs sempiternels préalables, notamment la libération des prisonniers politiques, le nettoyage du fichier électoral et le rejet de la machine à voter. L’opposition salue les efforts de l’Union africaine, des organisations sous régionales africaines, de l’Union européenne et des Nations unies qui œuvrent pour la stabilité de la RDC. Elle lance un appel à l’Union africaine, à la SADC, à la CIRGL de prendre toutes les dispositions pour préserver la paix et la stabilité de la RDC et de la sous-région.
Aux yeux de l’Opposition rd-congolaise, la communication du chef de l’Etat est bien "un coup de force". "Ce discours confirme que M. Kabila est indubitablement dans la logique de coup de force, après avoir instrumentalisé toutes les institutions de la République, procédé à une mise en place frauduleuse des membres de la Cour constitutionnelle et confié le commandement des Forces armées de la RDC et de la police nationale à des officiers généraux visés par des sanctions internationales pour abus et atteintes aux droits de l’homme", affirment les opposants au Raïs dans leur déclaration commune lue par le Secrétaire général de "Ensemble", Delly Sesanga.
Didier KEBONGO
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top