Liens commerciaux

0
La Cour constitutionnelle poursuit l'examen des recours introduits par les six candidats à la présidentielle du 23 décembre 2018 dont les dossiers ont été déclarées irrecevables par la Commission Électorale Nationale indépendante (CENI).

4 dossiers déjà traités dont celui de Bemba

Les dossiers de Marie-José Ifoku, Samy Badibanga, Adolphe Muzito et Jean-Pierre Bemba ont été déjà analysés. Le ministère public a demandé aux juges de déclarer recevable sur la forme la requête de Jean-Pierre Bemba mais de la déclarer non fondée sur base du jugement rendu par la Cour pénale internationale (CPI) sur la subornation de témoins. Pour le ministère public, subornation de témoins signifie corruption. Il a rappelé que l'article 10 de la loi électorale frappe d'inéligibilité toute personne condamnée de fait de corruption.

Muzito, Ifoku et Badibanga

Le ministère public a également demandé aux juges de déclarer recevable mais non fondée la requête d'Adolphe Muzito. Concernant les requêtes de Marie José Ifoku et de Samy Badibanga, le ministère public a requis la recevabilité sur la forme et le fond de ces deux requêtes.

Les juges ont pris toutes ces affaires en délibéré pour un jugement dans le délai de la loi, soit dans les 8 jours prochains.

En ce moment, la Cour Constitutionnelle est en train d'examiner la requête d'Antoine Gizenga, secrétaire général du parti Lumumbiste unifié (PALU).

Stanys Bujakera Tshiamala

Catégorie
Politique
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top