Liens commerciaux

0
Les enseignants de la RDC, réunis au sein de la Mutuelle de santé des enseignants du secteur public (MESP), ont désormais un comité. Qualifiée de « crise », cette commission se donne pour mission de gérer cette mutuelle de santé. Telle est l’une des retombées de l’assemblée générale de la synergie des syndicats et inter syndicats des enseignants de l’EPSP organisée à Kinshasa.

Trois membres composent ce comité de crise avec à sa tête Jean-Bosco Puna désigné comme chef de mission. Investis, ces membres de ce comité affirment qu’ils sont désignés pour mettre un terme à l’ancienne gestion de cette mutuelle de santé « qui ne profitait pas du tout aux enseignants ».
« Il faut absolument que les politiques ne s’occupent plus de cette mutuelle parce que la mutuelle appartient bel et bien aux enseignants », ont-ils déclaré à l’issue de cette assemblée générale.
Le nouveau comité de la MESP promet aux enseignants de la République démocratique du Congo de bénéficier des soins de santé de qualité provenant de cette mutuelle. « Nous sommes venus donner l’information à tous les enseignants de la République pour qu’ils soutiennent cette commission de gestion. Cette mutuelle était gérée de manière cavalière. L’ancien bureau prenait 70% des fonds alloués à la mutuelle pour le fonctionnement et le paiement de leurs salaires et 30% seulement aux soins de santé », a accusé Jean-Bosco Puna devant l’assistance composée essentiellement des enseignants et de leurs différentes structures.

GABEGIE FINANCIERE
La Synergie des syndicats des enseignants a désavoué les gestionnaires de l’ancien comité de la MESP. A l’issue de leur assemblée générale tenue le mercredi 18 juillet à Kinshasa, les membres de la Synergie les ont accusés notamment de gabegie financière et de mise à l’écart des enseignants dans la gestion de leur contribution. Ils ont reproché aussi à ce comité de gestion de s’arroger des sommes faramineuses au détriment des soins de qualité, prévus pour les enseignants et leurs dépendants.
« Dans les hôpitaux, les enseignants n’ont plus de soins de qualité », avait, en son temps, dénoncé Jean-Bosco Puna du Syndicat national des écoles conventionnées catholiques (SYNECAT). Les enseignants ont cité, par ailleurs, le manque d’un organe de contrôle des contributions des enseignants et d’une dilapidation éhontée des fonds de la mutuelle.
La Synergie a également reproché aux ex-gestionnaires d’avoir échoué à étendre les actions de la mutuelle dans d’autres provinces du pays en dehors des villes de Kinshasa, Mbandaka et Lubumbashi. Cette Synergie a proposé ainsi la création d’un comité de crise. « Le comité de crise sera dirigé par huit membres venant des organisations syndicales à raison de deux membres au conseil d’administration, deux au Secrétariat exécutif national et cinq à la Commission de contrôle sous la présidence du camarade Jean Bosco Puna porte-parole de la synergie », a proposé le porte-parole du SYNECAT.
Dans sa déclaration, la Synergie des syndicats des enseignants de la RDC a affirmé attendre l’implication du ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) pour concrétiser la volonté des enseignants.
La MESP est une Association sans but lucratif d’assurance maladie dont l’assemblée générale constituante a été tenue en date du 20 février 2010. Cette mutuelle est reconnue par l’Arrêté n°042/CAB/MIN/JGSDH/2015 du 13 septembre 2015 du Ministère de la Justice et Garde des Sceaux. Rachidi MABANDU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top