Liens commerciaux

0
Aussi longtemps que les pasteurs resteront des hommes d’affaires qui ont quitté le monde pour venir faire l’argent dans l’église de Christ, les Congolais seront toujours sacrifiés par les dirigeants qui ne gèrent que par le sang de leurs administrés.

La tricherie des élections de 2006 a avalé beaucoup de sangs de Congolais, avant d’aller consommer celui des Ne Kongo avec les massacres des Bakongo occasionnés par le gourou Ne Mwanda Nsemi. Il a fallu qu’un autre sorcier offre aussi au régime des sacrifices à travers les Enyele dans l’Equateur pour maîtriser cette province qui était hostile au régime de Kabila. Aujourd’hui, ceux qui étaient les grands leaders de l’Equateur se sont transformés en adorateurs de la statue sans paroles établie au Palais de la Nation.

La tricherie de 2011 a eu son lot de sang, autant que la glissade de 2016 avant que le sang ne coule aussi avec les marches du CLC, les massacres de Beni et ceux du Kasaï, pour permettre au régime de traverser et piétiner l’Accord de la St Sylvestre.

Pour opérer l’autre glissade, le diable au service de qui les dirigeants congolais se sont placés a eu besoin du sang, une fois de plus de Ne Kongo. Il semble que pour bien régner en RDC, il faut que le diable boive le sang des Ne Kongo, Kasaiens, Balubakat, etc.
Pendant ce temps, les leaders de Kivu ont vendu les âmes de leurs frères et sœurs pour construire dans d’autres provinces. Ils n’ont plus de villages en attendant que Beni, OICHA, Rutshuru, Ituri, …soient annexés au Rwanda ou à l’Ouganda.

J’ai peur que le nombre de morts ne fasse que croitre comme le bilan avancé depuis hier par la Société civile.

En effet, le nombre des morts de l’incendie du samedi dernier au village Mbuba près de la cité de Kisantu (plus de 230 km à l’ouest de Matadi) s’élève à plus de cent morts, ont indiqué lundi 8 octobre des sources de la société civile locale. Le bilan se serait alourdi après la mort des dix-neuf brûlés, qui étaient hospitalisés à l’hôpital Saint Luc de Kisantu, selon des sources locales.
Sur les quatre-vingt personnes brûlées, qui étaient transférées à Kinshasa samedi dernier, quatorze sont décédées en cours de route, selon des sources médicales de Kisantu. Dix-neuf autres ont succombé à leurs blessures dimanche à l’hôpital Saint Luc de Kisantu. Ils s’ajoutent à la soixantaine de morts enregistrés précédemment à la suite de cet incendie, qui a fait aussi plusieurs disparus, toujours selon la société civile.
La société civile locale fait un décompte d’environ cent morts alors que le bilan officiel publié dimanche fait état de trente-neuf morts.
Le gouverneur intérimaire de la province du Kongo-Central, Atou Matubuana s’est rendu à Mbuba le même jour de l’accident pour identifier les familles des dix-neuf morts de l’hôpital Saint-Luc. Ils ont été inhumés ce mardi, date de la fin du deuil national décrété par le Cabinet du Joseph Kabila.
Les enquêtes sur ce drame ont débuté, d’après la police et vont ressembler aux autres enquêtes similaires.
Joel Cadet Ndanga
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top