Liens commerciaux

0
* Consterné, le Président Joseph Kabila a décrété 3 jours de deuil national qui s’achève aujourd’hui lundi.

Vingt personnes ont décédé sur le site du drame. 19 personnes parmi les 101 blessées immédiatement admis à l’hôpital saint Luc de Kisantu, n’ont pas survécu à leurs brûlures. Ce qui donne un total de 39 morts. Tel est le bilan provisoire officiel de la tragédie de Mbuba, dressé dans la matinée d’hier dimanche 7 octobre par le ministère de la Santé.

Dans un communiqué publié hier, Oly Ilunga précise que les 84 blessés ont été transférés et admis dans sept grands hôpitaux de Kinshasa. A savoir la Clinique Ngaliema, les Cliniques universitaires, l’hôpital général de référence de Kinshasa, l’Hôpital de l’amitié sino-congolaise, l’hôpital de Monkole. Auxquels s’ajoutent l’Hôpital du cinquantenaire et l’hôpital militaire du camp lieutenant Kokolo.
Compte tenu de la densité événementielle, le Gouvernement a annoncé l’ouverture des enquêtes pour déterminer les circonstances exactes de cet accident survenu dans la nuit du 5 au 6 octobre sur la Nationale n°1. Précisément à Mbuba, localité située à quelques kilomètres de la cité de Kisantu, dans la province du Kongo central.
Aussitôt Informé, le Président Joseph Kabila a, dans un communiqué émanant de son cabinet, instruit le Gouvernement central de prendre totalement en charge, les obsèques des victimes ainsi que les soins des blessés admis dans les hôpitaux de Kinshasa.En même temps, le Chef de l’Etat a décrété trois jours de deuil national qui s’achève aujourd’hui lundi 8 octobre.
" En ce moment particulièrement douloureux pour le peuple congolais, le président de la République présente ses condoléances les plus attristées aux familles éprouvées et formule ses vœux de prompt rétablissement aux blessés. En attendant les conclusions de l’enquête devant établir les circonstances de ce drame et les éventuelles responsabilités, le président de la République appelle la nation à la compassion et à la solidarité ", renseigne le communiqué signé Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Raïs.
En attendant les résultats de l’enquête, des témoignages concordants récoltés sur place et relayés par des médias, attestent que le drame s’est produit vers 5 heures du matin, lors qu’un camion-citerne transportant du carburant, est entré en collision avec un camion-remorque roulant dans le sens opposé. Le choc frontal entre les deux engins a provoqué une explosion qui a occasionné la mort et des blessures graves de plusieurs dizaines de villageois se trouvant dans le périmètre du lieu de l’accident.
D’ores et déjà, une équipe d’hygiène partie de Kinshasa et dépêchée en urgence, s’est employée à désinfecter le site de l’accident. Question de prévenir des maladies épidémiques. Face à l’afflux de blessés aux premières heures du sinistre, le personnel soignant de l’hôpital Saint-Luc de Kisantu s’est vu débordé et incapable d’apporter aux rescapés, les soins et le secours nécessaires. Face au caractère urgent de la situation et à l’impératif de sauver des vies, un service de transfert a été immédiatement mis en place pour une meilleure prise en charge à Kinshasa.
Selon Oly Ilunga qui s’est rendu sur place avec certains autres membres du Gouvernement, dont José Makila du Transport et voies de communications, l’objectif est de stabiliser et d’organiser régulièrement le transfert et l’évacuation des patients. " La logistique est en place pour évacuer les patients et les amener directement dans les structures d’accueil. Nous avons estimé qu’une structure pouvait gérer en moyenne dix à quinze malades ", déclare le patron de la Santé en RD Congo. Ci-dessous, le communiqué du ministère de la Santé. Grevisse K. et Emma MUNTU
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top