Liens commerciaux

0
Le leader de la plateforme "Force du Changement", Noël Tshiani Muadiamvita, candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre 2018, a présenté le samedi 20 octobre, son programme de gouvernement. La manif a eu lieu au Kempisky hôtel Fleuve Congo, dans la commune de Gombe à Kinshasa. Intitulé "Plan Marshall de Noël Tshiani pour la Reconstruction de la RDC", celui-ci est chiffré à 800 milliards de dollars américains sur 15 ans et subdivisé en 3 quinquennats. Le premier sera financé à hauteur de 20 milliards de dollars américains par an, pour un total de 100 milliards de dollars américains pour cinq ans. Ce, pour permettre de sortir le pays de sa situation catastrophique, d’accélérer le développement économique et social, voire de créer des opportunités pour les congolais.

Le plan Marshall du président de la "Force du Changement" s’articule autour de 15 programmes fondamentaux.
Il a signifié que ce budget de 800 milliards sur 15 ans est à mobiliser essentiellement par les ressources intérieures en combattant la corruption dans toutes ses formes, la prédation des ressources naturelles et les détournements des fonds publics. Le reliquat, dit-il, proviendrait des investissements directs étrangers et des contributions des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux.
Noël Tshiani est revenu constamment sur ces propos : "Je suis un homme nouveau et immaculé politiquement. Car je n’ai jamais occupé des fonctions officielles en RDC. Toute ma carrière a été dans les banques à New-York et à Washington DC. Pour un pays qui cherche à changer la gouvernance et le mode de fonctionnement, Dr Tshiani incarne le changement tant attendu de la population congolaise, parce qu’étant distant des réalités de gouvernance honteuse du pays", a-t- il lâché.

LA VISION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RDC EN 15 PILIERS
1. Promouvoir la paix, la sécurité, l’Etat de droit et la démocratie, notamment en réformant l’armée, la police, les services de sécurité, la justice et les institutions d’appui à la démocratie et à la réconciliation nationale.
2. Promouvoir la bonne gouvernance et l’utilisation efficiente des ressources publiques : la réforme de la justice, du circuit de la dépense publique, des règles de passation des marchés publics et le respect strict de la méritocratie dans la fonction publique. La lutte acharnée contre la corruption, la prédation des ressources naturelles, la fraude fiscale et les détournements des fonds publics seront les éléments clé du passage de la mauvaise à la bonne gouvernance.
3. Investir dans les ressources humaines en mettant l’accent sur l’éducation et la santé de qualité pour permettre à toute notre population de vivre mieux et le plus longtemps possible.
4.Promouvoir l’autosuffisance alimentaire à travers la mécanisation de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, et la mise en valeur planifiée et ordonnée de nos forêts, de notre fleuve, de nos rivières et de nos lacs.
5. Promouvoir l’émergence de la finance nationale en réformant la banque centrale, la monnaie nationale pour mettre fin à la dollarisation et en restructurant le système financier pour le rendre plus congolais, diversifié et répondre aux besoins de développement du pays, du secteur privé et public, et de la population toute entière.
6. Promouvoir l’émergence d’un secteur privé national responsable qui donne la part du gâteau de nos richesses nationales aux citoyens congolais et qui favorise le développement de la classe moyenne et de la bourgeoisie nationale de qualité.
7. Favoriser la réalisation de grands travaux d’infrastructures à haute intensité de main- d’œuvre comprenant, entre autres, les routes, autoroutes, chemins de fer, écoles publiques, hôpitaux publics ; et aussi favoriser la construction de 240 villes modernes à travers tout le pays qui seraient équipées des infrastructures telles que l’eau, l’électricité, les télécommunications, les centres de récréation, les centres commerciaux, les services administratifs, les quartiers résidentiels, les champs d’exploitation industrielles, agricoles, d’élevage ou de pêche.
8. Favoriser et accélérer l’industrialisation du pays par la transformation locale des minerais en produits semi finis et produits finis. Utiliser le coltan pour produire les Iphones, Ipads et ordinateurs congolais, le cobalt pour produire les batteries congolaises.
9. Promouvoir le développement du tourisme et l’éclosion du secteur tertiaire. Mettre en valeur la faune et la flore pour promouvoir l’industrie touristique génératrice d’emplois et des revenus. Développer sur l’île de Mateba les services financiers offshores ainsi que les services d’enregistrement des navires et des entreprises.
10.Protéger l’environnement pour la santé et la survie de notre population.
11.Promouvoir le changement des mentalités et la moralisation de la vie publique pour soutenir le développement durable du pays.
12. Promouvoir l’image positive du pays : chaque congolais sera l’ambassadeur de la RDC dans leurs milieux à l’intérieur du pays ou à l’étranger.
13. Promouvoir l’intégration nationale en reliant les différentes provinces du pays, et l’intégration régionale en reliant la RDC aux autres pays africains.
14.Mobiliser les ressources humaines, c’est-à-dire les congolais de l’intérieur et de la diaspora, ainsi que l’expertise internationale.
15. Mobiliser les ressources financières intérieures et extérieures pour mettre en œuvre notre vision de développement.
Les objectifs à réaliser avec la mise en œuvre de ce plan au bout de 15 ans sont entre autres : l’augmentation du Produit brut intérieur (PIB) par habitant de 800 dollars américains aujourd’hui à 15.000 dollars américains dans 15 ans ; la réalisation du plein emploi en créant des emplois et des opportunités pour tous les Congolais dans un pays où 85% de la population active sont des chômeurs ; l’évolution de la RDC du groupe des pays très pauvres à celui des pays émergents ; l’ amélioration considérable des conditions sociales des congolais ; l’instauration de la stabilité et la prospérité équitable pour tous les congolais.
Noël Tshiani est Docteur en Sciences économiques et Economiste international qui a travaillé pendant 28 ans pour l’une des institutions de Bretton Woods. A savoir la Banque mondiale. Il a aussi oeuvré pendant dix ans dans trois banques américaines : Citibank NA ; Republic National Bank et JP Morgan de New-York.
Cet expert de la Banque mondiale, avait co-présidé en 1997, à Kinshasa, la Commission de Réforme monétaire qui a conçu le franc congolais en remplacement du Zaïre monnaie. Il a suggéré également à feu le président, Laurent-Désiré Kabila de ne pas mettre son effigie de Chef de l’Etat en poste.
Le plan Marshall du nom du secrétaire d’Etat puis à la défense américain, le Général, George Catlett Marshall (sous Harry Truman), était un plan américain visant à apporter une aide économique à l’Europe. Un programme de prêts pour reconstruire les villes bombardées après la Seconde guerre mondiale. Il s’étalait sur quatre ans, à hauteur de 16,5 milliards USD, l’équivalent de 173 milliards USD en 2018.
Cette manifestation a connu la participation des militants et sympathisants de la plateforme, " Force du Changement ", des étudiants, des avocats, économistes et hommes politiques dont le candidat, Tryphon Kinkey Mulumba.
Gloire BATOMENE
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top