Liens commerciaux

0
La bourgeoisie crée des besoins inutiles, dit-on. Cet adage colle bien avec ce qui se passerait au domicile du premier ministre congolais Bruno Tshibala. Les oncles Luba qui rodent chez lui, n’ont pas leurs langues dans les poches. Ils n’ont aucun secret. D’eux, Scooprdc.net apprend que c’est d’abord une somme de 100 mille USD qui avait disparu à la résidence de Brutshi. Question posée à tous les enfants, il s’est avéré que c’est le fameux Bertin Tshibala, fils turbulent du premier ministre qui avait dérobé cette importante somme d’argent. Fâché comme tout parent luba, Brutshi n’a pas hésité de le mettre à la porte. Signalons en passant que c’est le même Bertin Tshibala qui avait été impliqué dans une histoire de viol étouffée d’une fille mineure d’un ancien vice-ministre. C’est lui qui avait aussi, dans ses folies de grandeur, tamponné un paisible citoyen au niveau des Galeries Saint Pierre sur l’avenue colonel Mondjiba. Heureusement que la personne tamponnée était un muluba. Ce qui a fait que cette affaire qui était déjà au parquet près le tribunal de grande instance de la Gombe soit finalement traitée à l’amiable.



Catégorie similaire : Télé 50 de Jean-Marie Kassamba : une école des anti-Kabila !
Il a fallu l’intervention de Patrick Mutombo auprès de son oncle, confie-t-on à Scooprdc.net, pour que le petit voleur regagne le toit parental. Mais malheureusement le gars n’a pas été exorcisé pour se débarrasser de l’esprit de vol. Il a récidivé mais cette fois-ci à une proportion inquiétante : 400 mille USD disparaissent encore de la résidence de Bruno Tshibala. Mon premier est dans tous ses états : « 400 mille USD, non, non, non, c’est trop ! », se sétait-il écrié, selon la source de Scooprdc.net.



Comme pour les 100 mille USD disparus auparavant, la famille se réunit en conseil pour que le coupable avoue son forfait. Mais aucun enfant n’endosse cette perte d’argent. Du coup, il est conseillé à Saint Brutshi de recourir à un féticheur en vue de dénicher le coupable. C’est ce qui est fait. Le féticheur s’amène à la résidence du premier ministre et soumet les enfants à l’épreuve de son bracelet mystique. Chez les enfants innocents, ce bracelet se libérait de leurs bras sans problème. Mais le tour de Bertin Tshibala arrivé, le fameux bracelet est non seulement resté coller à son bras, mais il a aussi commencé à le coincer. L’enfant voleur a finalement avoué son forfait et a fui la maison.

Ce comportement du fils du premier ministre qui frise la folie bourgeoise, n’étonne aucun congolais. Beaucoup pensent que c’est la conséquence du passage brusque de la pauvreté vers l’opulence financière et matérielle sans dur labeur. Et aussi s’interroge-t-on : pourquoi tout un premier ministre peut-il garder dans sa maison de sommes aussi colossales d’argent ? D’où proviennent-elles ? Franchement, Saint Brutshi donne sans doute raison à ses détracteurs qui l’accusent de toucher à beaucoup de pots de vin. Le plus récent serait celui perçu auprès des opérateurs des télécommunications, soit 750 mille USD pour les uns, et 7,5 millions USD pour les autres en vue de geler un decret (lire l’article de Scooprdc.net : Fraude dans les Télécoms : pour un pot de vin, Bruno Tshibala accusé de complicité). A ce que l’on sache, il n’y a pas un institut d’émission de billets verts à la résidence des premiers ministres!

Georges Ilunga
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top