Liens commerciaux

0
En date du 24 septembre 2018, j’ai adressé une lettre ouverte à Joseph Kabila, ancien Président de la République Démocratique du Congo, devenu rebelle depuis le 19 Décembre 2016, à minuit, en refusant de quitter le pouvoir de manière civilisée, et ce, conformément aux prescrits de la Constitution en vigueur, qu’il a promulguée lui-même. Face aux tribulations croissantes qui rongent sans arrêt, le Congo Kinshasa et son peuple, je reprends aujourd’hui la main, avec la même lucidité, et insistance, d’écrire sur le sujet qui nous tient tous en haleine, à savoir: la disparition mystérieuse, mais, rocambolesque de Ne Muanda Nsemi, Député national, sujet sur lequel Aubin Minaku ne voudrait guère parler, pour éviter tout conflit avec Joseph Kabila, parce qu’il y va de sa vie. Bien plus, même l’ensemble des Députés nationaux, et Sénateurs de la République considèrent, à tort ou à raison, que Joseph Kabila est un Dieu intouchable!

Mais, comme on le sait, j’ai pris le chemin de l’audace, par initiative personnelle, de mener une enquête pour annoncer ensuite au grand public le rôle nocif, entrepris par Joseph Kabila, en collaboration avec le « Service des renseignements congolais », pour faire disparaître le Pontife Ne Muanda Nsemi, au motif fallacieux « d’offense au Chef de l’Etat ».

Il est à remarquer que, depuis lors, plusieurs cassettes vidéo, reprenant les anciennes prestations de Ne Muanda Nsemi, ont été distribuées à titre onéreux dans plusieurs réseaux sociaux, animés par certains compatriotes cupides et avides du gain facile, annonçant avec un faste protocolaire, unique en son genre, le retour de l’enfant prodige parmi nous.

D’ailleurs, certains animateurs et pasteurs de circonstances, ont été lancés promptement sur le marché, dans le but unique de débiter de fausses informations, présentant de soi-disant signes de vie, de l’homme que le pouvoir de Kinshasa avait déjà fait disparaître avec cynisme, pour ainsi, perpétuer l’occupation de notre pays, en anesthésiant le peuple. Citons par exemple les plus faibles d’esprit parmi eux, en leur faisant croire que le Grand Maître Zacharie Ne Muanda Nsemi serait encore en vie, quelque part dans le pays, sans en donner évidemment aucune preuve probante.

On sait pourtant comment l’Agence Nationale des Renseignements congolais (ANR, en sigle), a essayé de présenter le « scénario » qui a abouti à la disparition de Ne Muanda Nsemi, par la manipulation des esprits, de ce que je sais également, c’est que le peuple congolais « gobe » souvent, « tout de go », sans se douter de rien, prenant tout comme « une vérité », même les mensonges que débitent, à longueur des journées, le régime sanguinaire au pouvoir dans notre pays, sachant que notre peuple n’a pas, dans son « ciboulot » intellectuel, ou mieux dans sa compréhension, « la culture du doute raisonnable ».

On a brusquement l’impression que Pouvoir et Opposition nous embarquent dans « une voie sans issue » et que cette voie tend à s’installer malheureusement de jour en jour dans nos esprits, poussant les uns contre les autres. Et dans tout cela, le pouvoir en place ainsi que l’opposition politique campent, comme des partenaires, face à leur peuple souffrant, qui tombe dans le découragement le plus absolu. N’est-ce point-là le début de la folie qui s’ensuit pour nous tous, hélas, parce que chemin de la désagrégation de notre Nation?

A noter que cette folie dont il est question ici, comme le disait Albert Einstein: « c’est l’action de faire toujours la même chose, sans plus s’attendre à un résultat possible différent ».

Quant à moi, je déclare, la main sur le cœur, ce que je crois avec certitude, sachant que je ne suis pas hypnotisable. C’est la raison pour laquelle, je sors de ce dilemme cornélien, en ajoutant un élément nouveau en sus de mes publications antérieures sur le mythe de Ne Muanda Nsemi. En effet, il appert après de fructueuses recherches sur le terrain que la main de Joseph Kabila n’est pas loin dans cette macabre mascarade de la disparition, suivie de l’assassinat du Grand Maître et Chef Spirituel de Bundu dia Mayala, Député national.

Assassiné, oui, jusqu’à preuve du contraire, Ne Muanda Nsemi l’a bel et bien été! Au Rwanda sans doute! De Kinshasa jusqu’au Rwanda, ce fut là le dernier chemin de croix de notre combattant de liberté, Député national de la Ville de Kinshasa, l’homme de culture du « parler vrai »!

Et ainsi, les notables du Kongo central, amis proches ou lointains dont les identités ont été citées auparavant, dans mes précédentes publications, réalisent-ils le grand égarement qui est le leur, d’avoir livré un estimé compatriote, un frère, Ne Muanda Nsemi, doté d’une grande intelligence, un chimiste et une mine inépuisable du savoir, dont la Nation aurait encore eu besoin, aux mains d’un bourreau aux longues dents de fauve, Joseph Kabila Kabange, un étranger, de surcroît, sujet Rwandais?

C’est au Rwanda que la chair de Ne Muanda Nsemi fut dépecée, dévorée et désacralisée!

Dommage que les adeptes de Bundu dia Mayala, loin de se révolter, préfèrent s’endormir, comme des enfants dans le berceau de leur Babysister, « Wamba dia Wamba », nommé nouveau Chef Spirituel sans charisme, successeur du défunt Ne Muanda Nsemi dont je déplore la brusque disparition alors que c’est un homme qui laisse, derrière lui, une œuvre et un destin inachevé!

Point n’est besoin de rappeler le communiqué des Ne Kongo de la Diaspora, ainsi que la traîtrise des notables et Honorables Députés Ne Kongo ayant participé à la messe noire de Mbanza-Ngungu! Ce sont deux faits ou réalités qui contrastent fondamentalement au regard de l’idéologie de solidarité que prônent les « Bakongo », celles et ceux qui sont débarrassés du complexe des suivistes, porteurs des mallettes des parvenus!

De ce qui précède, ne peut-on pas conclure que le Chef Spirituel Ne Muanda Nsemi a été formellement trahi par les siens, ses concurrents et adversaires politiques, tant ceux de la Diaspora (utile) que ceux de l’intérieur, moyennant pièces sonnantes et trébuchantes.

Cela étant, je tire la sonnette d’alarme devant la Communauté Internationale, spécialement devant l’Organisation des Nations-Unies, ONU en sigle, l’Union Africaine, (U.A. en sigle), la SADEC et autres organisations continentales, dans l’espoir de faire éclater « toute la vérité » sur la mort de Ne Muanda Nemi, et simultanément, faire cesser la boucherie humaine au Congo-Kinshasa, ce pays, que hier, à l’exemple de Beni et autres coins de la République qui représentait un oasis de paix, d’harmonie et de concorde. Voilà l’image que je garde, depuis ma tendre enfance et de mon adolescence sur mon pays, devenu malheureusement le théâtre d’une vie dont aucun homme censé de ce monde ne peut supporter les méandres!

En attendant, j’invite avec insistance le peuple congolais de ne pas attendre le recours de personnes autres que « eux-mêmes », pour se mettre debout, comme un seul homme, pour dire non à l’humiliation et à l’opprobre!

L’action, c’est maintenant! Je veux dire par là que le temps est arrivé pour en découdre, une fois pour toutes, avec Joseph Kabila qui veut se maintenir au pouvoir, en dépit de tout le mal qui l’a fait subir au peuple congolais, par la force des armes!

Bref, l’heure de conjuguer tous nos efforts, et de mettre en synergie toutes nos énergies, a sonné. L’union fait la force. Seul le soulèvement populaire s’impose à nous et sera sans doute, le seul profitable pour sauver la Nation!

Fort de son droit à l’auto-détermination, notre peuple sera, in fine, invincible!

A Joseph Kabila Kabange, je dis: si, ce que j’écris, n’est pas conforme à la vérité, je provoque sa conscience de me donner la preuve de vie de Ne Muanda Nsemi! Ceci pour que l’on puisse clore définitivement la polémique!

Aujourd’hui, toute la vérité a été dite!



Par Bamba di Lelo
Docteur en Sciences politiques de l’UCL
Analyste des Questions politiques du Congo

Congoindependant
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top