Liens commerciaux

0
Le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA) poursuit sa quête pour des élections crédibles et apaisées en décembre prochain. C’est dans ce cadre que son bureau a échangé, le vendredi dernier, avec le collectif des candidats président de la République.

À moins de cinq mois de la tenue des élections présidentielle, législatives et provinciales du 23 décembre 2018, le Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA) poursuit sa quête pour des scrutins démocratiques, apaisés et crédibles.

Quelques jours seulement après avoir été sur les terres de Nkamba au Kongo-Central pour échanger avec le chef spirituel de l’église Kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani, le président du CNSA Joseph Olenghankoyi, accompagné des membres de son bureau, a échangé, le vendredi 16 novembre 2018, avec les dirigeants de la Communauté islamique au Congo (COMICO). Il a eu les mêmes échanges avec le collectif des candidats président de la République sur des questions qui plombent le processus électoral en cours.

Par ailleurs, au terme des échanges avec le Collectif des présidentiables dont font partie, entre autres, Jean-Philippe Mabaya, Théodore Ngoy, Kin-Kiey Mulumba, Seth Kikuni, …, le rapporteur du CNSA, Valentin Vangi s’est exprimé en ces termes : « Nous venons d’avoir une réunion avec le collectif des candidats président de la République. Ce collectif est prêt à aller aux élections, mais à des élections démocratiques, transparentes et apaisées. Pour ce faire, il insiste sur quatre points, à savoir le rejet de la machine à voter, le nettoyage du fichier électoral, le traitement égal de tous les candidats conformément à la loi, ainsi que la question de la sécurisation de tous les candidats », a déclaré Valentin Vangi.

Ce, avant de poursuivre : « Nous allons soumettre ces recommandation à la plénière de sorte qu’elle formule des recommandations à qui de droit », a rassuré le rapporteur du CNSA.

En outre, bien avant d’échanger avec ces derniers, Joseph Olenghankoyi et sa délégation ont été à la mosquée Masjid-E-Al Hidayat dans la commune de Barumbu à Kinshasa, pour prendre langue avec les responsables de la COMICO.

Cependant, après près d’une heure d’échange, le rapporteur du CNSA a fait savoir que cette visite s’est inscrite dans la suite des consultations que le président de son institution a entreprises, il y peu avec la classe politique et la société civile.

« Aujourd’hui, nous sommes venus rencontrer la sommité de l’église islamique au Congo pour échanger avec elle sur des questions importantes concernant le processus électoral. Le bureau du CNSA a obtenu de celle-ci des conseils et suggestions sur les questions qui plombent le processus électoral, tel que la machine à voter. Cependant, d’ici peu, le CNSA va donner des orientations adéquate au peuple congolais, suite à différents échanges quant au processus électoral », a fait savoir Valentin Vangi.

Pour sa part, le représentant légal adjoint de la COMICO, en charge des questions publiques et institutionnelles, Moussa Kalema, a précisé que l’église islamique va continuer à faire le travail de sensibilisation, moraliser et conscientiser la population en cette période électorale, comme elle l’a toujours fait depuis des années.

Par ailleurs, s’agissant des questions relatives au fichier électoral et à la machine à voter qui continuent de diviser la classe politique, M. Kalema a souligné : « Nous avons fait part de notre point de vue sur ces questions au CNSA et c’est à lui d’examiner les préoccupations soulevées et en tirer le meilleur de sorte que les élections qui pointent n’occasionnent pas d’autres morts dans ce pays, car trop de Congolais sont morts pour ces questions. Il est temps que cela change ».

Joyce Kalala
Le Potentiel
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top