Liens commerciaux

0
Quasi un an jour pour jour après la signature de l’établissement des relations diplomatiques entre la République Démocratique du Congo et les Emirats Arabes Unis, les deux pays viennent de poser un nouveau jalon important dans la consolidation de leurs relations bilatérales avec la signature ce 19 novembre 2018 à Abu Dhabi, capitale de la fédération arabe, d’un accord portant exemption réciproque de visas pour les détenteurs de passeports diplomatiques et la facilitation similaire d’octroi de visas pour les détenteurs d’autres passeports.

Pour les deux parties, les chefs de la diplomatie qui procédèrent à l’établissement des relations diplomatiques l’an passé, sont les signataires de l’accord qui doit faciliter les mouvements entre les populations des deux pays : Léonard She Okitundu, Vice-premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères et Intégration Régionale Congolais et Sheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale émirati.

FACILITER LES ECHANGES ENTRE LES DEUX PAYS
Cet accord d’une validité de cinq ans renouvelable tacitement prévoit de manière réciproque pour les détenteurs de passeports diplomatiques des deux pays avec un délai de validité de six mois au moins, un visa d’entrée à titre gratuit, à l’arrivée et un séjour sur les territoires respectifs de 30 jours maximum.
Pour les détenteurs de passeports ordinaires et de service, il prévoit pour les Congolais, des facilitations aux services d’immigration notamment par le biais des ambassades des Emirats ou le site internet officiel de visas qui sera plus accessible avec un délai de traitement administratif plus rapide.

RENFORCEMENT DES POSITIONS DIPLOMATIQUES
Cet accord a été signé au terme d’une rencontre bilatérale entre les deux délégations ministérielles au cours de laquelle Kinshasa et Abu Dhabi ont décidé d’accélérer le processus diplomatique d’accréditation respectif des ambassadeurs pour « densifier les dossiers bilatéraux pour une coopération mutuellement avantageuse telle que souhaitée par les deux chefs d’Etat, Joseph Kabila Kabange et Sheikh Khalifa »
Léonard She Okitundu a en outre salué l’excellence de la coopération diplomatique entre les deux pays dont l’un des exemples concrets a été le retrait unilatéral, à la demande de Kinshasa, des Emirats Arabes Unis du comité de pilotage de la Conférence Humanitaire de Genève en ce début d’année organisée sans l’aval et le concours congolais.
Un accord cadre pour des consultations politiques régulières entre les deux ministères et leurs représentations respectives de part le monde a été désigné comme prochaine étape marquant ce rapprochement diplomatique avec l’harmonisation des positions communes au niveau international, par exemple la RDC comme membre du Conseil des Droits de l’Homme et les Emirats Arabes Unis organisant l’exposition universelle 2020 à Dubaï. La lutte contre le terrorisme ou l’extrémisme religieux, phénomène qui menace aussi l’Est de la RDC, la Corne de l’Afrique et sa région australe, les questions climatiques globales, le renforcement du multilatéralisme international feront partie des thèmes forts communs à défendre.
Le Vice-premier Congolais a réitéré son invitation à se rendre en RDC à Sheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan, qui a promis de l’honorer courant 2019.

DEUX ACCORDS EN ETUDE POUR BOOSTER LES ECHANGES ECONOMIQUES
Intéressé par le potentiel Congolais, les Emirats Arabes Unis par le biais de leur Ministre ont proposé l’étude par les techniciens des deux parties des textes pour sécuriser leurs probables investissements en RDC, un accord sur la promotion et la protection réciproques des investissements et un accord sur la non double taxation. Les deux parties ont promis de mettre rapidement sur pied des équipes pour en discuter et procéder dans un délai raisonnable à une signature.
Pour rappel, les Emirats Arabes Unis sont la deuxième économie du Golf Persique après l’Arabie Saoudite, avec un PIB estimé à 375 milliards de dollars en 2016 dont les fonds souverains évalués à près de 800 milliards de dollars US et s’affirment désormais comme le premier bailleur de fonds bailleur de cette région en Afrique, précisément en Egypte avec plus de 12 milliards investis depuis 2014.
Pour sa part, plébiscitée première économie d’Afrique francophone en PIB nominal par le dernier rapport de la Banque africaine de développement, la RDC connaît cependant des difficultés économiques conjoncturelles suite à la baisse des prix des matières premières dont elle est exportatrice (cuivre, cobalt, coltan) qui mettent sous pression son taux d’inflation et ses réserves de change.

UNE STRATEGIE DE CREDIBILISATION DU PASSEPORT CONGOLAIS
« Cette signature d’exemption de visas entre Kinshasa et Abu Dhabi est à placer dans le cadre de la stratégie amorcée par le Ministre Okitundu de crédibiliser le passeport Congolais au niveau mondial et faciliter ainsi l’insertion des populations congolaises dans les flux mondiaux » affirme Michael Sakombi, conseiller du Vice-premier ayant participé aux pourparlers.
« Ceci renforce ce qu’on appelle actuellement dans le jargon migratoire, la « puissance du passeport », indicateur des facilités de voyage pour les détenteurs de passeports d’un pays dont Singapour et Séoul sont les champions », révèle Sakombi.
Il rappelle que depuis l’entame du second mandat de She Okitundu à la tête de la diplomatie, c’est le troisième pays après la Turquie et l’Afrique du Sud à ouvrir ses frontières aux Congolais. Plusieurs autres accords sont en cours de négociations avec des pays d’importance similaire tant sur les plans économiques que diplomatiques, révèle-t-il. Service de communication du Ministère des Affaires étrangères
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top