Liens commerciaux

0
Au regard de l’esprit qui a plané à Genève, le choix de Matin Fayulu nous a tous semblé, un choix judicieux. Sur les sept leaders de l’opposition quatre étaient de l’ouest de la RDC : Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu et Martin Fayulu. Parmi les leaders de l’Est citons, Moise Katumbi, Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe.

  1. Apres 32 ans de pouvoir de Mobutu et 23 ans de Laurent Désiré Kabila et Joseph Kabila, la balance semblait une fois de plus penchée vers l’Est, entendez Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe qu’on n’arrivait pas à départager. En bref, les gens n’acceptent plus un candidat de l’Est, à l’exception de Moise Katumbi dont l’estime personnel et la lutte contre la Kabilie le place dans une classe à part et transcende le clivage Est-Ouest.
  2. Parmi tous les leaders réunis à Genève, seul Martin Fayulu est rompu dans le combat politique « corps-à-corps » de la rue. En effet, Martin Fayulu a affronté la Kabilie sur le terrain, au risque de se faire arrêter. Il a mené un combat frontal et plusieurs photos le témoignent.
  3. A part son aptitude à mener le combat de la rue, il a un background fort attrayant : Université de Paris XII où il a obtenu une maitrise en économie générale. Il obtient également un MBA (Master in Business Administration) à l’European University of America, San Francisco. Quant à son expérience professionnelle et parcours politique, il avait travaillé à Mobil à Kinshasa et termine sa carrière à ExxonMobile Ethiopie. C’est un homme d’affaire qui est passe dans la politique comme député et président de l’Ecide.
  4. La campagne tous azimuts de kasaiens à Genève a eu un effet néfaste sur les chances de Felix Tshisekedi. Cette campagne n’a pas rassuré les autres car ils sont arrivés à « régionaliser » le choix du candidat commun.
  5. Les secrets de polichinelles sur Felix Tshisekedi sont nombreux et ne rassuraient pas non plus:
    1. Les gens sont au courant des documents scolaires controversés que Felix Tshisekedi avaient versés dans son dossier à la CENI. Le pouvoir le savait et pouvait l’éjecter ou le compromettre à n’importe quel moment.
    2. Il détient les accords d’Ibiza, qu’il n’a jamais publiquement dénoncés. Dans ces accords. Il est dit qu’il allait accompagner la Kabilie moyennant le poste de premier ministre.
    3. Felix n’offre pas le gage de maitriser sa base.
    4. Tous les autres leaders savent que Felix a de problème de santé.
  6. A part ces secrets de polichinels, Felix Tshisekedi n’a pas porté son combat pour la libération de prisonniers politiques et l’inclusion de Jean-Pierre Bemba et Moise Katumbi, bien que ce dernier ait tenu parole et l’a supporté jusqu’à la fin à Genève.
  7. Martin Fayulu se distingue de Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe par le fait qu’il n’offre pas  une présomption de compromission avec le pouvoir. Notez bien que nous parlons de « présomption », c.à.d. « soupçon » qui est fondé ou non fondé au vue de leurs rapprochements passés avec le pouvoir : Nous citons les accords d’Ibiza, les négociations de la Cité de l’OUA etc.
  8. La preuve qui contrarie les leaders de l’opposition unifiée, est que le secrétaire général de l’UDPS a déclaré qu’ils iraient aux élections avec ou sans la machine à voter. Message renchérit par une audio d’Augustin Kabuya, Secrétaire General Adjoint de l’UDPS qui dit que « l’UDPS va se prononcer dans une réunion extraordinaire qui va se tenir demain … toute fois, nous n’accepterons pas qu’on nous impose un autre Zahidi Ngoma. Nous nous sommes battus pendant 36 ans, c’est ne pas pour avoir un candidat commun ».
  9. Au vu de la stratégie mise en place par la Kabilie — où elle gagne à tous les coups — avec la machine à voter, les fichiers électoraux corrompus et les contrôles de gouvernorats dans les 26 provincettes, l’opposition unifiée devrait changer de méthode d’approche, mais cela demandait, un autre type de candidat. De ce fait, le choix final devrait porter sur un « candidat de combat »
  10. Il faut un candidat qui peut bloquer le processus si les demandes pour la mise à coter de la Machine à Voter et le nettoyage de fichiers électoraux  ne sont pas remplis.
  11. Martin Fayulu dont la visibilité tant nationale qu’internationale va bientôt augmenter possède cette capacité à mener le combat.  En plus, il a la capacité de faire appliquer les accords de la Sainte Sylvestre.
  12. A titre de rappel, Vital Kamerhe et Felix ne parlaient plus des accords de la Sainte Sylvestre dans leurs points de presse, ce qui éliminait d’office Jean-Pierre Bemba et Moise Katumbi.
Nous pensons que Joseph Kabila est pris à son propre piège car il a deux choix :
  1. Il organise les élections  libre et démocratique, dans ce cas Moise Katumbi mobilise le grand Katanga ; Vital Kamerhe mobilise le Sud-Kivu et le Nord-Kivu ; Felix Tshisekedi mobilise les deux Kasaï ; Jean-Pierre Bemba mobilise Kinshasa, le grand Equateur et le Congo central ; Adolphe Muzito et Martin Fayulu mobilisent le grand Bandundu. D’autres leaders y compris Madame Eve Baziba peuvent s’occuper de la grande province Orientale et le Maniema. Dans ce contexte, il est impossible à Emmanuel Shadari de gagner surtout si l’église catholique est engagé à surveiller les bureaux de votes. Elle en a la capacité
  2. Les machines de vote et les matériels n’arrivent pas à temps et la Kabilie cherche à dialoguer pour glisser une fois de plus, brandissant la primature à Martin Fayulu. Ce dernier va refuser et ça sera le début de la fin de la Kabilie par les actions de la rue.
CONGOVOX
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top