Liens commerciaux

0
Au cours de l’audience de ce lundi 26 novembre 2018, Vincent Manga, l’un des principaux prévenus poursuivis pour le meurtre des experts de l’ONU au Kasaï a mis en cause certaines personnalités qui, selon lui, fournissaient les miliciens en munitions. Parmi elles, un ancien gouverneur, un ancien ministre, un officier de l’armée et un candidat de la Majorité présidentielle aux prochaines législatives.

Selon le prévenu, ces personnes avaient promis aux miliciens des biens en récompense, après l’exécution de Zaida Catalan et Michael Sharp. C’est en répondant à une question de son avocat que Vincent Manga commence par révéler des informations qu’il n’avait jamais données jusque-là.

Le prévenu affirme que le soir après l’exécution des experts, Jean Bosco Mukanda a fait savoir que les miliciens seraient récompensés après le meurtre de Zaida Catalan et Michael Sharp. M. Mukanda leur aurait notamment annoncé qu’ils recevraient un véhicule, des numéros matricules à la fonction publique ainsi que des parcelles d’habitation. Vincent Manga relate également que le milicien Kabongo Gerard aurait alors demandé à Mukanda qui allait concrétiser cette promesse.

En réponse, Mukanda lui aurait dit qu’il avait causé avec le gouverneur Kande, le colonel Mambweni, Clément Kanku et Richard Ilunga, tous cités par Manga comme étant les mêmes personnes qui alimentaient la milice en munitions. Jean Bosco Mukanda qui a pris la parole à son tour a dit regretter que Vincent Manga dise « des mensonges », étonné d’être ainsi mis en cause.

Pour sa part, le ministère public indique que les déclarations de Manga lui donnent «de nouvelles perspectives». Mais il demande au tribunal du temps pour pouvoir analyser ces nouvelles révélations.

JKM
LIENS COMMERCIAUX

Enregistrer un commentaire Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top