Liens commerciaux

0
"Dès demain nous allons saisir les juridictions compétentes pour que justice soit faite", a dit le directeur de campagne du candidat Lamuka

Trois personnes ont trouvé la mort et plusieurs autres ont été blessés lors des scènes de violence survenues hier mercredi 12 décembre à Kalémie, lors de la visite de Martin Fayulu au chef-lieu du Tanganyika. C’est ce que renseigne son directeur de campagne, Pierre Lumbi, dans une conférence de presse qu’il a donnée le même mercredi à Kinshasa. Soit dit en passant, ce 12 décembre, cela faisait deux ans jour pour jour que disparaissait le patriarche Charles Mwando Nsimba, icône du Tanganyika et figure tutélaire de Moba.

A en croire l’orateur qui accuse les autorités politico-administratives de la province du Tanganyika, ces incidents malheureux ont éclaté au moment où la caravane Fayulu prenait la direction du lieu prévu pour le meeting, à quelque 3 km de l’aéroport. Ce qui a obligé le cortège à changer d’itinéraire pour, finalement, atteindre la place du rassemblement. En dépit de tous les avatars connus, Lamuka a quand même réussi à tenir son oral.
Pour Pierre Lumbi, ces échauffourées qui font suite à celles de Kindu et de Lubumbashi, ne sont pas de nature à les décourager. Loin s’en faut ! Le directeur de campagne du candidat Lamuka entend à la fois poursuivre la campagne et saisir la justice. " Nous ne lâcherons pas ", gonde Pierre Lumbi, dans son speech hier devant des professionnels des médias. Et de poursuivre : " toutes ces violences ne pourront en aucun cas, entraver notre détermination à aller voter le 23 décembre. Bien au contraire, elles nous motivent davantage à poursuivre notre campagne qui devient un véritable combat de libération de notre peuple… ". Ci-dessous, l’intégralité du message de a coalition Lamuka, livrée par Pierre Lumbi. Grevisse KABREL

POINT DE PRESSE
Le Comité de campagne de la coalition LAMUKA condamne de la manière la plus rigoureuse les violences qui ont émaillé la visite du candidat commun de l’opposition, Martin Fayulu Madidi ce mercredi 12 décembre 2018 à Kalemie, après les tristes événements de Kindu et de Lubumbashi.
1.Avant toute chose, nous présentons nos condoléances les plus attristées à toutes les familles victimes des violences de Kalemie.
2.Ces violences qui ont causé la mort de trois personnes et fait plusieurs blessés, ont été provoquées par les autorités politico-administratives de la province du Tanganyika qui ont instrumentalisé les Forces de l’Ordre. En effet, les violences ont commencé pendant que le cortège se dirigeait calmement vers le lieu du meeting à environ 3 Km de l’aéroport. Il a été attaqué par une milice qui appartiendrait au Vice-Gouverneur. Cela a obligé le cortège à changer d’itinéraire pour atteindre le lieu du meeting. Malgré toutes ces provocations des forces de l’ordre, le meeting a quand même eu lieu. Au retour vers l’aéroport, après le meeting, l’intervention musclée et armée de la police a coupé en deux le convoi. Comme si cela ne suffisait pas, le jet qui devait les amener à Kolwezi a été délibérément dévié sur Goma.
3. Après les échauffourées de Kindu, les violences de Lubumbashi qui ont fait deux morts et celles de Kalemie qui en ont fait trois, le doute n’est plus permis. Ces tueries en crescendo ont été planifiées et s’exécutent de manière systématique pour décourager les électeurs et tenter de freiner brutalement le train électoral qui a atteint sa vitesse de croisière.
4.Encore une fois, nous constatons que, comme partout où il est passé, notre candidat a soulevé l’enthousiasme de centaines des milliers d’hommes et de femmes dans la ville de Kalemie.
5. Nous félicitons et remercions la population de cette ville pour l’accueil et la mobilisation malgré la violence et la terreur qui ont émaillé, hier, l’étape de Lubumbashi.
6. Par ailleurs, nous tenons à souligner que toutes ces violences ne pourront en aucun cas entamer notre détermination à aller voter le 23 décembre 2018. Au contraire, elles nous motivent davantage à poursuivre notre campagne qui devient un véritable combat de libération de notre peuple. Nous ne lâcherons pas. Le Candidat Martin Fayulu ne lâchera pas. La lutte continue.
7. C’est ici l’occasion de dénoncer de la manière la plus rigoureuse cette deuxième tentative d’assassinat de Candidat Commun de l’opposition ainsi que toutes ces violations massives de la Loi Fondamentale et de la Loi Electorale.
8. Suite à ces incidents malheureux et successifs, le peuple congolais prend à témoin l’opinion tant nationale qu’internationale et fustige cette attitude du Gouvernement qui traduit sa volonté manifeste d’entraver la campagne électorale du Candidat Commun de l’opposition.
9. Le peuple Congolais prévient le Président Kabila ainsi que tout son Gouvernement qu’il ne cédera pas à leurs intimidations. Il continuera à accueillir massivement son Candidat Commun de l’opposition Martin Fayulu Madidi et à lui garantir son suffrage, à n’importe quel coin de la République où il pourra se rendre.
10. Enfin, nous vous informons que dès demain nous allons saisir les juridictions compétentes pour que justice soit faite.
Je vous remercie !
Fait à Kinshasa, le 12 décembre 2018.
Pour la Coalition LAMUKA,
Pierre LUMBI OKONGO
Directeur de campagne
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top