Liens commerciaux

0
Le Président de République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a entamé depuis le mardi 5 février, une tournée sous-régionale. Profitant de son séjour au Kenya, il a été reçu par la communauté congolaise vivant à Nairobi. Au cours de ses échanges, Félix Tshekedi a annoncé l’application de la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire (EPSP) dès l’année scolaire 2019-2020.

Cependant, sur le plan technique et financier, la réalité est autre. Pour assurer la gratuité de l’enseignement, les Objectifs de Développement Durable renseignent que le pays doit allouer environ 2,9 milliards USD par an au secteur. Un prélèvement de 1,6 milliards soit 54% doivent être affectés à l’enseignement de base.

L’Analyse de la société civile sur le projet de Loi de finances 2019 renseigne que sur 25 millions d’enfants à l’âge de scolarisation, la RD Congo investi par élève 38,7 USD par an. Par contre en Angola, le budget investi à chaque élève par an est de 690,7 USD ; le Congo Brazzaville est à 334,60 USD.

Avec un Budget de 5,9 milliards USD en 2019, les dépenses de l’enseignement primaire et secondaire sont évaluées à hauteur de 692,9 millions USD soit 71,24% de l’ensemble du budget alloué à l’enseignement national. 80% des allocations budgétaires de l’EPSP sont affectés à la rémunération du personnel administratif et enseignant. Même si le nouveau Gouvernement élabore un collectif budgétaire, les écarts ne seront pas grand, a indiqué un membre de la cellule budgétaire du Ministère de l’EPSP.

Une étude menée par l’Observatoire de la Dépense Publique sur les dépenses des secteurs sociaux de 2012-2016, démontre que l’exécution du budget de l’EPSP reste marquée par une prépondérance des dépenses de la rémunération (90%) et un faible taux d’exécution des dépenses d’investissement. Cette tendance s’est confirmée en 2017 et 2018.

A ces jours, environs 140 269 enseignants attendent la mécanisation et réclament le paiement de 100 USD pour un huissier. Le Budget 2019 a prévu une mécanisation de 8300 enseignants sur 140 269. Ce Budget prévoit le financement de 2,8 millions USD pour la formation de 560.000 enseignants soit 5,1 USD par enseignant ; 28,6 millions USD pour le fonctionnement de 2 406 bureaux gestionnaires et 27 696 écoles primaires soit 951,4 USD par école.

Il faudra noter que la stratégie sectorielle de l’éducation et de la formation 2016-2025 prévoit la construction de 1000 écoles par ans. Les différents budgets proposés chaque année ne couvre que les dépenses d’au moins 400 écoles par an.

Les parents, véritable faiseur des rois

Par manque des moyens pour la prise en charge des enseignants, les écoles et les parents assurent le paiement de cette motivation. Vingt-six ans après, le système s’est enraciné, au mépris de la Constitution de la RDC en son article 43 alinéa 5, qui garantit la gratuité de l’éducation au niveau de l’enseignement de base.

Une étude de l’Observatoire de la Dépense Publique fait observer que huit (8) taxes illégaux sont perçus au niveau des écoles et autorisées par les différentes circulaires des Gouverneurs. En 2018, l’apport des parents a été évalué 16.329.057,93 USD dans la ville de Kinshasa; 8.852.186,8 USD dans la province de l’Equateur et 11.382633,3 USD au Kasaï central, renseigne le rapport de l’étude.

Cette contribution des parents participe à la motivation et la formation continue des enseignants, au fonctionnement des écoles, l’organisation des épreuves de fins d’année, notamment l’examen d’Etat et le TENAFEP.

Perte de qualité de l’éducation

Ce faible financement de l’éducation affecterait la qualité de l’enseignement. On note la corruption dans le système éducatif (élèves, parents, inspecteurs, enseignants, etc.), l’absence de qualification du personnel enseignant, le phénomène 100% pour le diplôme d’Etat; la multiplicité des frais conduisant les familles pauvres à n’est pas envoyé leurs enfants à l’école. Bref, l’école ne pourrait être accessible qu’à tous les enfants et le phénomène de prise en charge de l’enseignant par les parents perdurait le plus longtemps possible.

Au regard de ce qui précède, il est trop tôt pour le Chef de l’Etat d’envisager la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire sur toute l’étendue du territoire national en 2020. Même au niveau du Ministère de tutelle on n’y croit pas encore. Beaucoup reste à faire, notamment des mesures claires tendant à une meilleure mobilisation des recettes publiques, nous confie un agent de la direction d’étude et planification.

Valery M
Desk Eco
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top