Liens commerciaux

0
LARépublique démocratique du Congo possède l’un des pires records de sécurité aérienne au monde. L’information selon laquelle un avion aurait atterri dans une forêt isolée la semaine dernière a donc provoqué peu de répercussions au niveau international.
Depuis lors, cependant, un mystère de plus en plus mystérieux sur la nature de la cargaison et l'identité des passagers a laissé le gouvernement congolais aux prises avec des questions délicates.
Le destin de l'avion touché, un mystérieux Antonov-72 identifié jusqu'à présent uniquement par son ancien numéro d'immatriculation, EK-72903, pourrait également donner un aperçu des aspects plus obscurs des tentatives de la Russie de réaffirmer son influence en Afrique.
Les détails restent maigres. Jeudi dernier, l'avion s'est écrasé 59 minutes après son décollage de la ville de Goma, dans l'est du pays, à destination de la capitale Kinshasa. Aucune des huit personnes à bord n'a survécu, ont déclaré des responsables.
Les passagers ont été identifiés comme étant le chauffeur personnel de Felix Tshisekedi, président du Congo, et de trois de ses gardes du corps. Un véhicule blindé utilisé par le président était également à bord.
Une divulgation plus troublante s'ensuivit lorsque deux des quatre membres de l'équipage furent identifiés. Vitaly Shumkov et Vladimir Sadovnichy, les pilotes de l'avion, n'étaient pas seulement des ressortissants russes, ils semblaient tous deux avoir des antécédents en matière de tir à la poudre.
L'avion a aussi un passé trouble. L'EK-72903 appartenait autrefois à une société arménienne dont le propriétaire était lié à la contrebande d'armes ailleurs en Afrique.
On ne sait toujours pas si l'équipage défendait les intérêts du Kremlin. Cependant, personne n’ignore que la Russie espère regagner l’influence de l’Union soviétique en Afrique en courtisant ses dirigeants par la vente d’armes, la sécurité privée et les «technologues politiques» aptes à remporter des élections.
Ces tentatives ont souvent été liées à Evgueni Prigozhin, proche collaborateur de Vladimir Poutine, accusé de tentatives d'ingéniosité pour s'immiscer dans l'élection présidentielle américaine de 2016.
M. Prigozhin aurait eu le Congo sous ses yeux après que la Russie eut annoncé en mai l'envoi d'un groupe de spécialistes de l'armée dans le pays.
Certains médias russes ont supposé que M. Prigozhin était dans l'avion avant une réunion avec le président Tshisekedi.
C'est presque certainement faux. Le slumming sur un Antonov n'est généralement pas le style de M. Progozhin.
"Il ne monterait pas dans un avion comme ça", a déclaré un responsable du gouvernement congolais. 
"Ce monsieur est un oligarque et s'il voyage, il voyage dans son propre avion."
Le responsable a déclaré que bien que M. Prigozhin n'ait pas eu rendez-vous avec le président Tshisekedi, d'autres représentants du gouvernement russe avaient demandé une réunion pour discuter du prochain sommet.
On ignore s'il y en a eu à bord. Au moins deux personnes décrites comme étant «d'origine européenne orientale» se trouvaient également dans l'avion. Ils n'ont pas encore été identifiés, ce qui ajoute à l'intrigue entourant le vol.
Pour le moment, quiconque était à bord de l'avion reste inconnu. Alors que certaines sources affirmaient qu'il y avait peut-être 11 personnes plutôt que huit à bord, des responsables de l'ONU ont tenté d'identifier les restes de morts - certains d'entre eux avaient été enterrés à la hâte - la nuit dernière.
Même cela pourrait ne pas mettre fin à l'intrigue de ce qui s'est passé à bord du EK-72903. Le Congo abandonne rarement ses mystères. En 1961, un avion quittant le pays avec à son bord le secrétaire général des Nations Unies, Dag Hammarskjöld, s'est écrasé. 
Trois enquêtes n'ont pas permis de déterminer la cause de l'accident et la mort de Hammarskjöld reste un mystère à ce jour.
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top