Liens commerciaux

0
L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) observe une "prépondérance" de marché de gré à gré dans l’attribution des marchés par le gouvernement durant la période allant de janvier à septembre 2019, selon son rapport portant sur l’exécution du Budget 2019 paru ce mercredi 2020.

« Dans la mise en œuvre, le Gouvernement congolais a passé une centaine de marchés publics sur 492 que comptait le programme de 100 jours, dont le budget s’élève à 2,813 507 milliards USD. L’exécution de ces marchés publics a été caractérisée par trois faits importants: l’absence de libellé complète de 21 projets d’une valeur de 1 764 256 USD; 54 projets d’un montant de 431 millions USD ont été effectués avec appel d’offre, contre 21 projets d’une valeur de 2 380 456 milliards effectués de gré à gré », note l’ODEP dans son rapport.

« Sur 21 marchés passés de gré à gré, le budget de cinq (5) dépassent le seuil d’éligibilité de 4 millions USD pour être soumis à un appel d’offre international, notamment le Projet d'érection de 3000 maisons préfabriquées pour Militaires et policiers/Ville de Kinshasa ; la construction des dépôts et stations-services de Carburant à Mbuji-Mayi, Kananga et Mwene-Ditu ; la Construction et réhabilitation des bâtiments abritant la résidence et les bureaux du Président de la République et ses collaborateurs à la cité de l'UA et au Palais de la nation ; du projet de réhabilitation, modernisation et développement du Domaine Agro-Industriel Présidentiel N’Sele de LUKELENGE au Kasaï-Oriental ; et la Transformation des déchets ménagers à Kinshasa », constate ce regroupement des organisation de la société civile travaillant dans le suivi et le contrôle du processus budgétaire.

Dans l’ensemble, l’ODEP impute au gouvernement 7 griefs dans la gestion des finances publiques durant la période sous cette étude: « 1. Faible financement du programme de 100 jours ; 2. Prépondérance des marchés de gré à gré 3. Des projets sur financées et surfacturées ; 4. Faible exécution des projets « route » 5. Violation du circuit de la dépense publique et du Manuel de procédure ; 6. Concentration des ressources au sein des institutions ; 7. Défaut de suivi et de contrôle.

Précisons que le gouveverment du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est en fonction depuis le 6 septembre 2019. Entre janvier 2019 jusqu'à l'investiture du gouvernement Ilunkamba en septembre 2019, l'Exécutinal national était sous la direction du Premier ministre Bruno Tshibala.

Amédée MK
LIENS COMMERCIAUX

Post a Comment Disqus

LES CHAINES DE KINSHASA EN DIRECT 24H/24

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top