Liens commerciaux

0
* De l’avis des observateurs avertis, cette arrestation marque le debut d’une nouvelle ère de la justice congolaise.
Les enquêtes judiciaires en cours sur les travaux de construction des sauts de mouton à Kinshasa, viennent de produire leurs premiers résultats. Forum des As a appris hier mercredi 19 février, des sources très proches du dossier, l'arrestation de certains entrepreneurs. Parmi lesquels, David Blattner, Directeur général statutaire de la Safricas-Congo s.a, entreprise de Bâtiment et travaux publics (BTP) établie en RD Congo depuis 1923.
A la faveur de la polémique sans cesse ni fin dans les rues de Kinshasa, l'heure de la reddition des comptes a donc sonné. L'exercice consiste à savoir, quelle somme avait été débloquée au profit de quel entrepreneur et quel est l'usage que ce dernier en a fait. Le tout, à l'aune de l'état actuel de l'exécution des travaux. Voilà, ce à quoi s'affairent les instances judiciaires qui, depuis peu, ont ouvert des enquêtes dans ce sens.
Par rapport à l'arrestation de David Blattner, la Justice dit vouloir comprendre, avec force détails, l'utilisation des fonds versés à Safricas-Congo s.a, par rapport aux travaux de construction de sauts de mouton qui n'ont pas du tout avancé dans le temps.
Secret de polichinelle, la réalisation de ces ouvrages inscrits dans le cadre du vaste programme des 100 jours du Président Félix Tshisekedi, officiellement lancé le 2 mars dernier, évolue à un tel rythme que les autorités du pays, très embarrassées, ne savent plus pronostiquer sur la fin effective des travaux.
Entre-temps, la population kinoise en général et en particulier, celle de Tshangu dans l'Est de la capitale, grogne sans arrêt. En attendant l'issue des enquêtes judiciaires, le peuple congolais n'entend plus être roulé dans la farine. Au-delà de tout jugement de valeur et de tous les soupçons de détournement dans le chef de certains dirigeants du pays, à quelque niveau de responsabilité, l'opinion s'accorde sur l'évidence que les ressources de de l'Etat doivent réellement servir à la nation. Car, on ne comprend pas que dans un environnement économique très précaire comme celui de la RD Congo, qu'il y ait trop de forfaitures, de malversations financières qui enrichissent une clique d'individus au détriment de la grande majorité des Congolais qui croupit dans la misère.
TRODRE LE COU AUX PRATIQUES MAFIEUSES
Vu des analystes, l'arrestation de David Blattner est perçue comme une première d'une longue série. Dans un contexte de contrôle citoyen, où les Congolais commencent petit-à-petit à demander des comptes à leurs dirigeants, il fallait donc un détonateur de la Justice pour tordre le cou aux pratiques mafieuses inacceptables de coulage des recettes, de détournement et de corruption. Car, le monde entier à son regard juché sur la RD Congo, listée parmi les pays les plus corrompus. Il appartient donc aux nouveaux dirigeants du pays de changer de paradigme et laver l'affront. Certes, le pari de la lutte contre la corruption est difficile, mais pas impossible.
L'opinion se rappelle que le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, en visite officielle la semaine dernière dans certains pays africains, ne s'est pas arrêté à Kinshasa. Il a plutôt survolé la capitale congolaise où son arrivée était pourtant annoncée personnellement par Félix Tshisekedi, pour atterrir en Angola, au Sénégal, en Egypte et en Ethiopie. Car, les Américains considèrent qu'en RD Congo, il n'y a pas encore beaucoup de changements dans la répression de toutes ces pratiques de détournement et de corruption qui continuent à tirer le pays vers le bas.
L’ERE D’UNE NOUVELLE JUSTICE
Tout compte fait, la ?capture? de tous ces ?Kulunas en cravate? (ndlr : auteurs des crimes économiques), peut être considérée comme le démarrage effectif d'une nouvelle forme de Justice en RD Congo. Reste désormais, que tous les Congolais viennent en appui aux instances judiciaires compétentes dans leur mutation, en vue d'arrêter les antivaleurs. Il n'y a donc plus de pitié pour les soi-disant intouchables, des personnes qui se servent de leur statut social comme bouclier judiciaire. Ils devront, dorénavant, mériter la sanction ? Chacun devra répondre devant la Justice.
En ce qui concerne David Blattner, on rappelle qu'il est ingénieur civil en Mécanique de l'Université Syracuse aux Etats-Unis depuis 1989. Titulaire d'une Maitrise en Administration des Affaires, il est aussi Président délégué général de la Compagnie africaine d'Aviation (CAA sprl) et de la Société de broyage africaine (SBA sprl). Question : après Davide Blattner, à qui le prochain tour ? Trêve de supputations, tant il faut remettre les pendules à l'heure. Grevisse KABREL
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top