Liens commerciaux

0
Le Directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, a bel et bien rencontré l'homme d'affaire libanais Jammal Samih à son domicile à Kinshasa, attestent des sources concordantes à POLITICO.CD.

Le procès de Vital Kamerhe et deux autres accusés, dont l’homme d’affaire libanais Jammal Samih, s’est ouvert ce lundi 11 mai à Kinshasa dans la prison centrale de Makala. Le Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi est poursuivi pour corruption et détournement de deniers publics.

En prenant la parole, Vital Kamerhe a d’abord confirmé son identité, avant d’affirmer qu’il ne se rappelait pas d’avoir rencontré le libanais Jammal Samih. « Le connaître ? Je vais le connaître à quel titre ?« , interroge-t-il au juge qui lui pose alors la question de savoir s’il avait rencontré l’homme à qui il a octroyé lui-même un des marchés de logements locaux au cœur du scandale.







« Tous les opérateurs, tous les prestataires sont passés à la commission. Ils se sont fait valider là-bas. J’ai rencontré beaucoup de gens dans ma vie. Mais comment voulez-vous, que je me rappelle de milliers de personnes que nous avons rencontrées… » a ajouté Vital Kamerhe, avant de conclure définitivement à un « non » au sujet d’une probable rencontre entre lui et Jammal Samih.


A son tour, le libanais a dit n’avoir jamais rencontré Vital Kamerhe. « Jamais, jamais », insiste Jammal Samih affirmant ne pas « connaître » Kamerhe.

Kamerhe a bel et bien rencontré Jammal



Cependant, à l’issue de l’audience, plusieurs photos montrant Vital Kamerhe aux côtés de Jammal Samih sont diffusées sur internet. POLITICO.CD a pu confirmer leur authenticité auprès des sources proches des concernés. Sur une de ces photos ci-dessus, on peut voir le Directeur de cabinet aux côtés de l’homme d’affaires libanais, mais également aux côtés d’un personnage clé du dossier. Il s’agit du jeune Yannick Talangay. Dans une enquête diffusée sur POLITICO.CD [à lire ici], il a été identifié comme le point focal ayant « amené » le marché des maisons au proche famille de Vital Kamerhe, Daniel « Massaro », qui est aujourd’hui en fuite.

Selon nos informations, Talangay est un employé d’une des sociétés de Jammal Samih, également un très grand ami à un des fils du libanais, qui a quitté le pays peu après l’arrestation de son père : « Un soir, Jammal-fils et Talangay sont allés voir Massaro (Daniel) pour lui parler du deal. A la clé, le fils Jammal lui offre même un véhicule juste pour qu’il le présente au Directeur de cabinet du Chef de l’Etat », ajoute notre
source.







u sujet des photos, un proche de Yannick Talangay confirme à POLITICO.CD que celles-ci sont bel et bien authentiques. « Elles ont été prises dans la maison de Vital Kamerhe sur l’avenue Uvira. Et c’est d’ailleurs Massaro [Daniel] qui prend les photos« , explique notre source qui a requis l’anonymat. POLITICO.CD n’a pas pu joindre le directeur de cabinet du président Félix Thsisekedi, ni ses avocats Conseil.


Vital Kamerhe serrant la main de Yannick Yalangay.


Convoqué d’abord par le Parquet général près de la Cour d’appel de Kinshasa/Matete, mardi 14 avril 2020 dans le cadre des enquêtes sur les travaux de 100 jours du programme d’urgence du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, Daniel Shangalume Nkingi, alias Daniel Massaro, parenté au directeur de cabinet Vital Kamerhe, a pris la poudre d’escampette. Un avis de recherche est lancé par le Procureur général Kisula Betika Adler, pour que le commissaire provincial et l’inspecteur en chef de la brigade criminelle puissent le retrouver et l’arrêter. D’autres photos montrent le jeune-homme aux côtés de l’homme d’affaires libanais à la Présidence congolais, au Palais de la nation.



Contactés par POLITICO.CD, les avocats de Jammal Samih admettent que leur client a bien rencontré Vital Kamerhe, mais continuent d’affirmer que leur client ne « connaît » par le Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.. « Pour nous ce terme « CONNAITRE » peut prendre plusieurs sens, selon qu’on est de bonne foi ou plutôt dans le sensationnel », expliquent-ils dans une note envoyée à la rédaction.

« Dans son sens véritable, c’est faire ou avoir fait l’expérience permettant une représentation mentale de quelque chose ou de quelqu’un. C’est-à-dire, avoir l’idée, la notion d’une personne ou d’une chose. Dans le cas d’espèce, pour ne parler que de mon client Mr Samih ouballa jammal, âgé de 82 ans et affaibli par la maladie, la nuance est de taille entre rencontrer une ou deux fois quelqu’un et le connaître véritablement », ajoute ce message signé par Maitre Joseph Patrick Alexandre MUKENDI KASONGO. « Étant entrepreneur (investisseur) dans un cadre purement professionnel, il rencontre plusieurs personnes sans plus, c’est-à-dire, sans se faire une expérience permettant une représentation mentale infaillible », insiste l’avocat.



Toutefois, durant le procès, Jammal Samih a bel et bien affirmé « n’avoir jamais rencontré » Vital Kamerhe.



LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top