Liens commerciaux

0


Les réactions fusent de partout, après l’intervention des forces de l’ordre empêchant ainsi la tenue de la plénière élective du 1er vice-président de l’Assemblée Nationale. Eliezer Ntambwe, élu de Lukunga à Kinshasa dit être surpris de voir un tel acte se produire sur le lieu sensé être « le temple de la démocratie ».

« Je ne savais pas que ça pourrait arriver à ce point. Ce qui est vrai, nous tendons vers une crise institutionnelle sérieuse. Tantôt c’est le conseil d’État qui se prononce, tantôt c’est l’Assemblée Nationale qui se décide d’organiser l’élection pour remplacer Jean-Marc Kabund », s’étonne Eliezer Ntambwe.

Cet ancien journaliste, devenu député estime que le Président a.i de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS/Tshisekedi) mène une action pour redorer son honneur.









« La justice est doublement saisie par Jean-Marc Kabund. D’un côté, celui-ci a saisi le conseil d’État et de l’autre côté, c’est la cour constitutionnelle par rapport à l’irrégularité qu’il a constatée dans la démarche de sa déchéance. Malgré que l’UDPS dont le Président est Jean-Marc, nous a présenté une seule candidate, d’ailleurs sous la bénédiction de Félix Tshisekedi, Kabund veut toujours rentrer dans ses droits. Ce qui n’est pas mauvais. Je pense que Jean-Marc, une fois rétabli, ne va pas s’accrocher à ce poste. Il veut juste qu’il sorte plus grand dans cette affaire », affirme Eliezer Ntambwe.

Pendant ce temps, Jeannine Mabunda, Présidente de l’Assemblée Nationale renvoie sine die l’élection du remplaçant de Jean-Marc Kabund tout en déplorant l’acte posé par le conseil d’État.
Josué Mfutila
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top