Liens commerciaux
Collecte des fonds pour soutenir Sango ya Congo.
Il suffit de cliquer sur ce lien 👇👇👇👇 pour transférer votre argent.

0



Âgé de 52 ans, celui qui est identifié par les autorités congolaises comme le tout premier cas de COVID-19 en RDC défraie toujours la chronique. Arrivé à Kinshasa, le 8 mars en provenance de France, cet homme avait été mis en quarantaine puis soigné. Il s’était déjà illustré par des déclarations dans les médias sur « sa maladie » et la prise en charge. Ce dimanche, il est encore dans les médias. Une vidéo de lui circule. Il insiste sur le fait qu’il n’a jamais été malade.

« Peuple congolais, c’est moi votre frère. Je suis devant ce micro pour présenter mes excuses pour tout ce qui s’est passé. J’ai été forcé pour admettre que j’étais malade. C’est pour cela que j’avais dit ce que j’avais dit. Au fond, je ne suis pas malade. Regardez-moi. Je n’ai jamais été malade. Muyembe a procédé à un examen et c’était négatif », dit-il au micro du chroniqueur Israël Mutombo.

Selon lui, Docteur Jean-Jacques Muyembe est au courant de cette version. 

« Quand je l’avais appelé au téléphone, il m’avait juste dit que lui avait trouvé le dossier sur la table. Il avait décidé d’envoyer des agents pour un autre diagnostic. Cela a été fait et le résultat était toujours négatif. Ce que je dis ici Muyembe est au courant. Il le sait très bien. Il a toutes les preuves », ajoute-t-il.

Il dit attendre la réouverture des frontières pour regagner la France: « J’attends que les trafics reviennent pour repartir. La maladie existe. Je le sais et vous le voyez. Pour mon cas, je n’étais pas malade ». 

Du côté du ministère de la santé, cette version est rejetée. Une communication est attendue. Le malade est même accusé de chantage.

Selon une source au ministère de la santé, l’homme était passé au cabinet du ministre Eteni Longondo. Il avait posé plusieurs problèmes auprès d’un conseiller. Il avait demandé notamment que le gouvernement aide à dédouaner ses marchandises et que les autorités prennent en charge le paiement de son loyer jusqu’à son départ en France. Au cas contraire, il passerait dans les médias pour une contre communication. 

Du côté de l’INRB, une communication est également en élaboration allant dans le sens de rejeter également ces allégations. 

L’épidémie de coronavirus en RDC s’est faite accompagner d’une crise de communication et d’une kyrielle de rumeurs. Au cours de plusieurs réunions de conseil des ministres, Félix Tshisekedi a insisté sur la cohérence de la réponse tant dans le volet de sensibilisation que dans les aspects purement médicaux.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top