Liens commerciaux

0
Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba a appelé les membres de son gouvernement à contenir la situation économique peu reluisante, caractérisée par la surchauffe sur le marché de change. Il les a invités à veiller au respect de la règlementation relative au rapatriement des devises des exportations des opérateurs économiques et à plus de rigueur dans la délivrance des exonérations à l'importation. Le chef du gouvernement a lancé cette invitation au cours de la traditionnelle réunion hebdomadaire du Comité de conjoncture économique du mardi 14 juillet.
Dans son compte-rendu de la réunion du Comité de conjoncture économique d'hier, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, vice-Premier ministre, ministre du Budget, est revenu sur la situation difficile actuelle de l'économie congolaise.
Il a évoqué particulièrement la surchauffe qui caractérise le marché de change et provoque l'inflation galopante. Ce qui explique l'augmentation des prix des biens et services sur le marché.
D'après le VPM du Budget, ces derniers jours ont été marqués par la hausse intempestive des prix, contrairement à la stabilité relative observée lors de la réunion du Comité de conjoncture économique du mercredi 8 juillet.


FAIBLESSE DE MOBILISATION DES RECETTES
"La cause se trouve dans la faiblesse de mobilisation des recettes, en même temps que dans l'augmentation des dépenses de l'Etat. Ce qui provoque un déficit qui appelle des financements", a-t-il indiqué. Une situation marquée par la pandémie de coronavirus est à la base de cette spirale négative.
Baudouin Mayo est d'avis que les appuis budgétaires du Fonds monétaire international (FMI) et les émissions des bons du trésor ont aidé à atténuer sensiblement l'impact qui aurait pu être plus grand.
Le Premier ministre n'a pas voulu voir la situation continuer à pourrir. Aussi a-t-il donné des instructions fermes aux ministres concernés pour contenir cette situation. Il leur a demandé de veiller au respect de la règlementation relative au rapatriement des devises, après l'exportation par des opérateurs économiques des produits venant de la RDC, et plus de rigueur dans la délivrance des exonérations à l'importation.





ATTENUE PAR LES APPUIS BUDGETAIRES DU FMI

Le vice-Premier ministre du Budget a apprécié le fait que le choc soit atténué par les appuis budgétaires du Fonds monétaire international (FMI) et les bons du trésor.
La semaine dernière, le Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, avait expliqué que la deuxième facilité de crédit rapide du FMI (363 millions de dollars) avait été transformée en appui budgétaire.
Le gouvernement espère également souffler cette semaine avec le lancement, le mardi 14 juillet, de deux lots d'adjudications des Bons du Trésor, de trois mois et de six mois, pour une valeur globale de 30 milliards de FC (15 millions de dollars américains au taux de 2 000 FC le dollar américain).
De son côté, le Premier ministre Sylvestre Ilunga a donné de nouvelles instructions à Deogratias Mutombo pour tenter de contenir cette situation.
Au sujet du dossier lié au secteur minier, soumis par le ministre Willy Kitobo, les membres du Comité ont relevé le bon comportement des prix de certains produits miniers sur les marchés internationaux. Ce qui devrait avoir des effets bénéfiques sur les recettes publiques. Ce qui n'est malheureusement pas le cas. Il s'agit du cuivre, du cobalt, de l'étain, du diamant et l'or. Kléber KUNGU
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top