Liens commerciaux

0


Au cours d'une interview accordée vendredi à 7SUR7.CD, Me Jean-Marie Kabengela Ilunga a affirmé que les juges d'appel vont se prononcer ce lundi 27 juillet 2020 sur la demande de liberté provisoire de son client Vital Kamerhe, introduite à la suite de la dégradation de son état de santé.

Il indique que la santé du président de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC) se détériore considérablement suite aux mauvaises conditions carcerales dans lesquelles il croupit à l'ex-prison centrale de Makala depuis plusieurs mois.

"Vital Kamerhe a toujours été malade, suivi par les médecins. Sa santé ne s'accomode pas avec l'état où il est placé. Il développe actuellement une insuffisance respiratoire", a déclaré cet avocat pénaliste.

Me Kabengela Ilunga rapporte que les conseils de Vital Kamerhe tiennent à obtenir la liberté provisoire de leur client afin de lui  permettre de vivre dans un environnement sain et d'accéder  à des soins de santé appropriés.

"Nous avons demandé sa mise en liberté provisoire et les juges d'appel vont nous répondre le lundi 27 juillet 2020. Contrairement à ce qui se raconte, Vital Kamerhe n'est pas à ce jour transféré dans un hôpital. Il est toujours à Makala", a-t-il déclaré.

Me Jean-Marie Kabengela a profité de cette même interview pour préciser, en des termes non techniques, la véritable raison du renvoi du début du procès en appel de son client au 7 août prochain.

A l'en croire, ce renvoi trouve sa cause dans le fait que la partie République n'a pas été notifiée de la tenue de cette première audition en date de ce vendredi 24 juillet 2020.

"Le procès est renvoyé pour régulariser la procédure. Le juge est déjà saisi à l'égard de toutes les parties au moyen des actes d'appel. Mais la République n'a pas reçu la notification de la date d'audience. Les avocats ayant refusé de comparaître volontairement, la cause a été renvoyée pour qu'on leur notifie la prochaine date d'audience", a-t-il précisé.

Interrogé au sujet des avocats étrangers de Vital Kamerhe pour lesquels les services de l'immigration auraient refusé d'accorder le visa pour venir ester à ce degré d'appel, Me Kabengela dit ne pas disposer de cette information.

Cette interview intervient quelques jours après la circulation sur les réseaux sociaux d'une photo de Vital Kamerhe en train de bénéficier des soins médicaux, en compagnie de son épouse Amida Shatur.

Poursuivi pour détournement des fonds destinés à la construction des maisons préfabriquées dans le cadre du programme de 100 jours du chef de l'État, Vital Kamerhe a été condamné, le 20 juin dernier, à 20 ans des travaux forcés, avec privation du droit de vote et d'éligibilité 10 ans après exécution de cette peine.

Orly-Darel Ngiambukulu

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top