0





En pleine crise au sein de la coalition au pouvoir, les membres du Front commun pour le Congo (FCC), la plateforme politique de Joseph Kabila, ont été convoqués le 29 octobre à Kingakati pour une réunion de crise. 

Plusieurs personnalités sont intervenues, dont les présidents des deux chambres du Parlement Jeanine Mabunda et Alexis Tambwe Mwamba  avant que l’ex-chef de l’État ne prenne la parole. Le coordonnateur du FCC, Néhémie Mwilanya a modéré les échanges, qui ont duré plus de trois heures.


 "il est où le Thomas qui ne croit pas qu'il y a un accord ?", a dit Kabila devant les parlementaires du FCC. 


L’accord a été signé le 08 Janvier 2019 soit deux jours avant la publication provisoire des résultats par la Ceni devant 5 témoins nationaux et 3 internationaux. 


Depuis plusieurs semaines maintenant, le camp Kabila se plaint de la violation du « deal », avec notamment les ordonnances présidentielles de juillet dernier dans les services de sécurité et dans la magistrature. Face à ces critiques, les partisans du président Tshisekedi soutiennent que « le salut du peuple est la loi suprême ». Félix  Tshisekedi reprend de plus en plus ce principe dans ses discours.


"Que voulez vous que je puisse vous dire au sujet de la coalition, on est au point mort", Joseph Kabila devant les parlementaires FCC 


Près de deux ans après l’accord de coalition gouvernementale, la confiance entre les deux partenaires a laissé la place à la méfiance, à la défiance voire à l’amertume


Je suis convaincu que, c’est cet accord qui nous a permis jusque-là d’avoir la paix et la stabilité. Il est intitulé “Accord pour la paix et la stabilité en République démocratique du Congo”,


Il les appelle également à la « résistance » face à  Félix Tshisekedi

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top