0






 Le président du Conseil national de suivi de l’accord de la Saint Sylvestre et du processus électoral (CNSA), Joseph Olengankoyi, a été reçu au Palais de la nation par le Chef de l’État, Félix Tshisekedi, lundi 02 novembre 2020, dans le cadre des consultations nationales.


Après avoir salué l’initiative du président de la République, il a plaidé pour une rencontre entre Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila pour aplanir les divergences qui les opposent.


« Dans notre entretien, le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, nous a dressé l’état des lieux de la République près de deux ans après l’alternance politique. Il nous a demandé aussi ce que nous, nous pouvons conseiller. Nous devons lui rendre un grand hommage parce que la plupart des chefs ne poseront jamais cette question. Et c’est là que nous en avons profité pour donner au Chef de l’État notre point de vue », a-t-il indiqué à la presse réunie au Palais de la nation, au sortir de cet entretien avec le Chef de l’État.


Et de poursuivre:

« Avant toutes choses, nous souhaitons une rencontre entre le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, et son prédécesseur, Joseph Kabila Kabange, tout en excluant les extrémistes de tous bords pour la simple raison que ce système politique, le chef de lui-même l’a reconnu lors de son discours devant les deux Chambres du parlement réunies, que nous sommes dans un apprentissage de la démocratie. Et que c’est la première fois que nous ayons ce système dans notre pays. »

Le président du CNSA a, d’entrée de jeu, salué l’initiative du cinquième président de la République démocratique du Congo pour la bonne marche du pays.

Il a souligné qu’en politique, le dialogue doit être permanent.

« Il est souhaitable qu’ils en discutent à deux, sans avoir des extrémistes qui sont du côté de Joseph Kabila et du côté du président de la République, les mettre de côté. Et en face, ils parlent des problèmes de la République », a-t-il souhaité.

Joseph Olenghakoy estime qu’à ce niveau, le présidentn Félix Antoine Tshisekedi devrait essayer de trouver des solutions avant de prendre langue avec d’autres institutions, tel que le parlement, et les autres.

Il a aussi rappelé le rôle du Conseil national de suivi de l’Accord et du processus électoral comme structure chargée de faire la médiation au sein des institutions.

« Notre rôle n’est pas de dire des mensonges au président de la République mais, plutôt, de l’orienter vers la voie de la paix et de la sagesse », a conclu Joseph Olenghakoy.

Le président de la République a reçu, ce premier jour des consultations, les représentants des confessions religieuses, des acteurs de la société civile et des institutions d’appui à la démocratie.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top