0

Par ATIBU Gédéon











Scène inodore, voire
Inhumaine ! C’est le terme qui convient le mieux pour résumer le traitement dont ont été victimes les journalistes accrédités à la plus haute instance décisionnelle de la République pour la couverture des consultations nationales. Lesquelles ont été initiées par le Chef de l’État du 2 au 25 novembre au palais de la nation.

Quel n’a pas été le désappointement des professionnels de médias en ce jour de clôture ! Ils ont eu droit chacun à une minable collation de 10$ le jour.

Faisant sortir la calculette , très simplement pour les 16 journées d’intense couverture des consultations, cela vaudrait 160$. Aussi curieux que cela puisse être , 1 jour n’est pas pris en compte comme par enchantement.

Pire encore , c’est le cas de le dire, cette modique somme leur est remise aux environs de 00h 41′.

Du jamais vu , même sous Kabila , la presse n’était pas autant clochardisée.

Le Chef de l’État, Félix Tshisekedi initiait ces consultations dans le cadre de trouver une nouvelle majorité qui travaillerait au sein d’une Union Sacrée de la Nation. Et ce, après avoir accusé le FCC de Joseph Kabila de le bloquer sur toutes la ligne.

La parole d’un Chef est lourde de conséquences, dit-on. En 2018 , comme on s’en souvient, Félix Tshisekedi promettait de faire de la presse véritablement un quatrième pouvoir au vrai sens du mot.

Néanmoins, depuis lors, les chevaliers de la plume n’ont les yeux que pour pleurer si bien qu’aucune initiative tendant à aller dans ce sens d’honorer cette profession et la rendre davantage viable, n’est en tout cas pas entreprise.

Faudrait-il que Fatshi se ressaisisse en évitant de traiter ses compatriotes de la presse tels des va-nu-pieds, sinon des mendiants ? Wait and see, disent les amis de Shakespeare.

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top