0


Lisanga Bonganga désapprouve fermement les consultations de Félix Tshisekedi. Un mois durant, le cadre Lamuka s’est placé en première ligne pour désapprouver l’initiative du chef de l’État.

Cette fois-ci, le coordonnateur de la Dynamique pour la sortie de crise (Dysoc) a enfoncé le clou. Il a indiqué que les consultations ont été sans objet parce qu’elles étaient incapables d’obtenir l’implication de Joseph Kabila et Martin Fayulu.


« Elles n’envisagent aucune solution pour résoudre la problématique de la crise de légitimité des institutions née de l’organisation chaotique des élections législatives et présidentielle de décembre 2018. Elles éludent délibérément la prise en compte de plusieurs cas de violation intentionnelle et répétée de la Constitution au sommet de l’État », peut-on lire dans une déclaration parvenue vendredi à Ouraganfm.cd .

D’après l’opposant, seul le dialogue entre Tshisekedi, Kabila et Fayulu peut résoudre la crise interinstitutionelle qui sévit au pays.

Visiblement, Lisanga Bonganga a compris que Félix Tshisekedi ne veut pas prendre conscience des erreurs qu’il a commises afin de changer de politique pour le bien-être du peuple congolais.

De ce fait, l’ancien ministre des Relations avec le Parlement a fustigé le caractère partisan de ces assises. Il a fait remarquer que cet événement s’est révélé comme un moment de recrutement des alliés de l’UDPS.


« Elles incitent et entretiennent des sorties médiatiques maladroites tendant à distiller dans l’opinion une confusion malheureuse entre les visées politiciennes des consultations menées par le chef de l’État et la mission pastorale intemporelle assumée par les évêques catholiques et protestants qui ne cherchent qu’à concilier les points de vue des uns et des autres pour garantir la paix des cœurs et des esprits ».

A en croire Lisanga Bonganga, l’initiateur des consultations a démontré son incapacité à respecter ses engagements, notamment dans le cadre des accords conclus à Genève avec Lamuka, à Nairobi avec l’UNC et à Kinshasa avec le FCC en vue de gouverner le pays.

Comme d’habitude, le cadre Lamuka a réaffirmé son soutien aux échanges entre les trois piliers de la crise congolaise (Tshisekedi, Kabila et Fayulu) sous les bons offices des confessions religieuses avec la facilitation des organisations sous-régionales .

Les trois personnalités devront adopter des réformes consensuelles impératives à mettre en œuvre car elles constituent la voie idoine de sortie de crise.

Mediacongo.net

 

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top