0






"Les Kulunas (bandits urbains) que nous envoyons au centre agricole du service national à Kaniama Kasese (Haut-Lomami) sont sans plaignants", assure le Commissaire divisionnaire adjoint Sylvano Kasongo, Chef de la Police de Kinshasa.

Sur TOP CONGO FM, il indique que pour l'essentiel, "ce sont des récidivistes et quelques badauds condamnés pour vagabondage. Ils ont été mis à la disposition du gouvernement pour 5 ans".


Kulunas avec plaignants en prisons

Quant aux "Kulunas qui ont des plaignants, leur place n'est pas à Kaniama Kasese mais en prison", tranche Sylvano Kasongo.

"On les envoie au Parquet, il y a un procès et ils sont condamnés et subissent la rigueur de la loi", pointe-t-il. 

Et le commandant de la Police de Kinshasa de vanter sa trouvaille pour endiguer tant soit peu la criminalité urbaine dans la capitale congolaise.

"Le service national est la meilleure de solution. Ça se fait dans le respect des droits de l'homme", confie-t-il

"Ces jeunes gens vont subir une formation, apprendre un métier. Après, ils seront engagés au service national, ils seront des bâtisseurs. Ils vont produire pour la République, leurs familles respectives et eux-mêmes", entrevoit-il.

Une deuxième vague de 300 jeunes dits "désœuvrés" a rejoint le centre agricole de Kaniama Kasese, ramenant à 600 l'effectif de cette future main-d'œuvre utile.

D'ici la fin de cette année, l'effectif sera ramené 2000 hommes.


LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top