0
 







Pour y arriver, l'élu de Luiza préconise la diminution de la taille du Gouvernement, celle des cabinets du Président de la République, du Premier ministre, des membres de l'Exécutif comme amorce de la politique de réduction du train de vie de l'Etat.

Delly Sesanga, leader du parti ENVOL et l'une des voix qui comptent du G13, groupe de treize personnalités politiques et acteurs de la société civile, prône des signaux forts pour que l'Union sacrée de la nation ne soit pas le repaire de tous ceux qui recherchent le partage équitable et équilibré du pouvoir. Dans une déclaration à la presse, vendredi 18 décembre, Delly Sesanga a, au nom du G13, esquissé ce que doit être le contenu de cette Union sacrée si l'on veut répondre aux attentes du peuple.

Ainsi pour marquer la volonté de changement dans la conduite des affaires politiques, le G13 via la voix de Delly Sesanga, recommande la réduction de la taille du Gouvernement (65 membres actuellement) à une équipe de 35 personnes, soutenant que l'avènement de l'Union sacrée de la nation doit reposer sur des réformes de refondation de l'Etat.

" Pour le Gouvernement, privilégier un format d'austérité réduit à 35 membres au maximum et compatible avec les maigres ressources de nos finances publiques actuelles. Cette équipe se devra d'être un gouvernement de mission visant à rencontrer les défis énormes du pays sur les réformes électorales, la garantie de la tenue des élections en 2023, les questions sécuritaires, plus particulièrement à l'Est du pays ainsi que l'assainissement des finances publiques et la relance de l'économie nationale", a déclaré Delly Sesanga.

Le G13 ne s'arrête pas là. Il propose aussi la diminution des membres des cabinets dans les différentes institutions du pays. Notamment ceux du Président de la République, de la Primature, des membres du Gouvernement. Ce, en faveur de la prise en charge du social des Congolais.

Ce n'est pas tout. Au nombre de signaux forts que l'Union sacrée de la nation doit émettre, dès le départ, il y a la rigueur à observer dans le choix des principaux animateurs des institutions publiques à tous les niveaux.

Ainsi, " pour le Bureau de l'Assemblée nationale, le G13 recommande que le nouveau Bureau ait le sens de l'Etat, un leadership compatible avec les enjeux de l'heure et les attentes de notre peuple ", fait valoir Sesanga, précisant que ledit Bureau doit planifier les travaux parlementaires de manière efficace pour faciliter les réformes.

Pour le G13, il faudrait, coûte que coûte, bannir la pratique de partage équilibré et équitable du pouvoir. Il ne faut pas sombrer à nouveau dans les travers de partage du pouvoir, lesquels nous ont toujours conduits à des situations catastrophiques.
Qu'est-ce qu'est l'Union sacrée de la Nation? Pour l'élu de Luiza et ses camarades du G13, " l'Union sacrée ne doit pas être le symbole de la victoire d'un camp contre un autre, mais celle des Congolais sur nos propres vicissitudes. Il ne faut pas sombrer à nouveau dans les travers de partage du pouvoir, lesquels nous ont toujours conduits à des situations catastrophiques."

Sesanga insiste, " l'Union sacrée ce n'est pas la victoire d'un seul, fût-il le Président de la République, c'est l'union de toutes les forces autour d'une idée, des valeurs, des réformes. Elle ne doit pas être un butin de guerre que les participants vont se partager, tel un morceau, tel un autre". D'où l'idée d'un Gouvernement d'austérité que soutient le G13. Le Leader de l'ENVOL exhorte ses compatriotes à ne pas donner cette image qu'ils ont souvent donnée aux Congolais. A savoir que la gestion de l'Etat, finalement, n'est que distribution des privilèges entre des politiques.

Reçu lors des consultations initiées par le Chef de l'Etat, en novembre dernier, le G13, toujours par la bouche de Delly Sesanga, avait dit à son hôte que " cette Union sacrée pour la Nation n'est pas un camp politique mais plutôt une communion d'idées, des pensées et d'actions en faveur des réformes pour sauver le pays par rapport à la crise qu'il connait aujourd'hui ".

Lire ci-dessous, l'intégralité de la déclaration du G13.

Didier KEBONGO
DECLARATION POLITIQUE DU G13 SUR LA SITUATION GENERALE DU PAYS
Le Groupe de treize personnalités signataires de l'Appel du 11 juillet 2020 - G13, en faveur d'un consensus autour des réformes institutionnelles et électorales, s'est réuni ce vendredi 18 décembre 2020 aux fins d'évaluer la situation générale du pays.
Le G13 relève ce qui suit :
1. Le pays est encore et toujours dans la crise : les institutions politiques sont plongées dans la léthargie pendant que les conditions sociales de nos populations se détériorent chaque jour davantage, sur fond de dégradation de la situation économique, le tout amplifié en cette fin d'année 2020, par l'accroissement des incertitudes sur la situation sanitaire dans la gestion de la deuxième vague de la pandémie de la COVID-19 ;
2. Le G13 réitère son appel du 11 juillet 2020 et se félicite d'avoir été entendu par le Président de la République, dans sa démarche pour la construction d'un consensus national autour des réformes essentielles pour la bonne marche du pays ;
3. Le G13 souligne que l'avènement de l'union sacrée de la nation est une réponse institutionnelle à cette recherche du consensus où chacun doit dépasser les clivages politiques, pour que dans un élan collectif, nous puissions faire gagner le pays ;
4. L'opinion se rappellera en effet qu'en son temps, dans une période politiquement non suspecte, le G13 avait tiré la sonnette d'alarme et appelé les Congolais de toutes tendances à un consensus national autour des grandes réformes institutionnelles, avec en priorité, les réformes électorales. Les consultations menées par le G13, du 28 juillet au 31 août 2020, ont permis de dégager les convergences des vues entre des forces politiques et sociales sur l'évaluation de la situation générale du pays ainsi que les effets néfastes de la crise.
Les consultations dirigées par le Président de la République, du 02 au 25 novembre dernier ont abouti et réaffirmé les mêmes convergences des vues ayant conduit au lancement de l'union sacrée de la Nation ;
5. Le G13 considère que, pour être au bénéfice suprême de notre peuple, l'union sacrée de la Nation à laquelle le Président de la République appelle les acteurs politiques et sociaux devra reposer sur des priorités sous formes d'engagements précis, dans un AGENDA CITOYEN porté par tous autour des priorités claires ci-après :
1) les réformes institutionnelles et électorales dans la perspective de la tenue effective des élections de 2023 ;
2) les réformes urgentes du secteur de la sécurité et de la défense nationale;
3) et l'assainissement des finances publiques ainsi qu'une politique de relance économique après COVID-19 ;
6. Le G13 considère qu'à l'effet de donner force au contenu de cette union et d'établir la confiance avec le peuple, l'union sacrée de la Nation doit délivrer, dès le départ, des signaux forts susceptibles de marquer la volonté du changement dans la conduite des affaires publiques. Au nombre de ces signaux, le G13 propose qu'en général, la rigueur et l'exigence soient observées dans le choix des principaux animateurs à tous les niveaux.
A titre particulier :
1) Pour le bureau de l'Assemblée nationale : avoir le sens de l'Etat, un leadership compatible avec les enjeux de l'heure et les attentes de notre peuple, en planifiant les travaux parlementaires de manière efficace pour faciliter la conduite des réformes ;
2) Pour l'informateur : faire preuve de dépassement pour s'acquitter de sa charge en discutant avec tous les groupes politiques sans exclusive et identifier la majorité parlementaire autour d'un cadre programmatique précis de gouvernement basé sur l'Agenda citoyen des réformes ;
3) Pour le gouvernement : privilégier un format d'austérité réduit à 35 membres au maximum et compatibles avec les maigres ressources de nos finances publiques actuelles.
Cette équipe se devra d'être un gouvernement de mission visant à rencontrer les défis énormes du pays sur les réformes électorales, la garantie de la tenue des élections en 2023, les questions sécuritaires, plus particulièrement à l'Est du pays ainsi que l'assainissement des finances publiques et la relance de l'économie nationale ;
4) Pour toutes les Institutions : réduire les tailles des cabinets du Président de la République, du Premier ministre et des institutions politiques en général comme l'amorce de la politique de la réduction du train de vie des Institutions en faveur de la prise en charge du social des Congolais.
7. En tout état de cause, le G13 invite, pour ce faire, l'ensemble de la classe politique à ne pas sombrer dans les travers et démons du partage équitable et équilibré du pouvoir, mais à garder à l'esprit que l'objectif de l'union sacrée devra être de favoriser la mise en œuvre des réformes, priorisées dans une feuille de route claire, pour répondre aux attentes de notre population et aux enjeux internes et externes du pays.

Fait à Kinshasa, le 18 décembre 2020

Les signataires

Honorable LOKONDO Henri-Thomas, Député national, élu de la Ville de Mbandaka,
Honorable LUBAYA Claudel André, Député national, élu de la Ville de Kananga
Honorable MAKENGO Charles, Député national, élu de Kinshasa/Tshangu
Honorable MAMBA Jean-Jacques, Député national élu, Kinshasa/Lukunga
Honorable MAMBIDI Jean-Marc, Député national, élu de Watsa
Madame MANYA Riche, Société civile
Monsieur MUKOKO SAMBA Daniel, Ancien Vice-Premier ministre
Honorable MUNUBO Juvénal, Député national, élu du Territoire de Walikale
Monsieur MUONGO Jean-Pierre, Ancien Directeur Général de l'OCPT
Honorable MUYAYA KATEMBWE Patrick, Député national, élu de Kinshasa/Funa
Honorable NDJOLI Jacques, Député national, élu de Boende
Honorable SESANGA HIPUNGU Delly, Député national, Elu de Luiza
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top