0



La proposition de nommer un informateur pour identifier la nouvelle majorité parlementaire après avoir annoncé la fin de la coalition FCC-CACH par Félix Tshisekedi est commentée des différentes manières presque dans la classe de la République Démocratique du Congo.

D’ores-et-déjà les autres trouvent satisfaction, après cette prise de position du Chef de l’État, C’est le cas de l’opposant congolais et cadre de la coalition Lamuka, Moïse Katumbi. Par contre un autre opposant de la même coalition, Adolphe Muzito, trouve que la nomination d’un informateur ne se fait pas à tout moment, selon lui cette nomination se fait seulement quand il n’y a pas de gouvernement en place, ou quand le gouvernement en place tombe.

“On nomme un informateur quand il n’y a pas de gouvernement en place, ou quand le gouvernement en place tombe. Et le gouvernement Ilunga tombera quand ce dernier démissionnera”, a-t-il écrit sur son compte Twitter consulté par election-net.com

Poursuivant, il a indiqué que si le Premier ministre démissionne, l’ex président congolais, Joseph Kabila sera d’accord, et s’il est d’accord, ce que “le deal Kabila-Fatshi continue.”

Pour lui, seule la Cour Constitutionnelle peut constater l’inconstitutionnalité de l’ordonnance nommant Ilunkamba, et cette constatation doit être préalable à la nomination de l’informateur. “Le Président de République n’a pas le pouvoir de révoquer le Premier Ministre.” a-t-il fait savoir.

Jean-Paul Tshimanga

LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top