0

 


« Le FCC complote contre la vie du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi». C'est ce qu'a affirmé sans prendre des gants le secrétaire général de l'UDPS.




Le secrétaire général de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Augustin Kabuya, a accusé les membres du Front commun pour le Congo (FCC) d’être à la base d’un complot ourdi et visant la vie du président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. C’était au cours d’une matinée politique organisée, le samedi 28 novembre, au siège de parti présidentiel dans la commune de Limete à Kinshasa.

D’après Augustin Kabuya, l’UDPS détient toutes les vidéos qui prouveraient que le FCC voudrait éliminer physiquement le président de la République. Il a également promis devant des militants et cadres de son parti politique présents dans cette matinée politique de faire, cette semaine, la ronde des ambassades pour brandir et déposer ces vidéos qui montrent que le FCC avait fait une réunion dans le but de tuer le chef de l’Etat. « Ce qu’il faut retenir est qu’ils ont promis de tuer le chef de l’Etat, le monde entier l’a entendu. Dès la semaine prochaine, nous allons faire une tournée dans des ambassades et déposer ces vidéos, et nous ferons tout pour traduire ça dans plusieurs langues afin que les ambassadeurs puissent mieux comprendre ce complot contre le chef de l’Etat. Le FCC avait fait une réunion où ils se sont organisés pour mettre fin à la vie du président de la République », a-t-il affirmé.

Le secrétaire général de l’UDPS a également déclaré que son parti n’a pas peur des intimidations du FCC qui ne vise qu'à saboter et bloquer les actions du chef de l’Etat, pour revenir au pouvoir après la présidentielle de 2023. « Nous voulons que la population comprenne cela et qu’elle soit derrière le président de la République afin de soutenir ses actions qui visent le développement de la nation congolaise », a conclu Augustin Kabuya. Cette accusation portée contre le FCC est faite dans un contexte de crise politique déjà ouverte entre le FCC et la plate-forme politique Cap pour le changement qui a soutenu la candidature du président Félix Tshisekedi aux élections de décembre 2018. Les deux plates-formes ont formé la coalition au pouvoir qui aujourd'hui, avec cette crise, est au bord de la rupture.


Martin Enyimo
LIENS COMMERCIAUX

Post a comment Disqus

[VIDEOS][carouselslide][animated][20]

[Musique][vertical][animated][30]

 
Top